French English

Jumeaux : mieux vaut accoucher par voie basse

Mis à jour le . Page vue 641 fois. Signaler ce contenu
Grossesse gémellaire
oksun70/iStock/Thinkstock
Une étude promue par l’AP-HP montre que l’accouchement par voie basse pour les jumeaux diminue le taux de mortalité et de complications pour les deux enfants, en-dehors des cas où la césarienne est obligatoire.

Corps de texte

Jusqu’à très récemment, les pratiques d’accouchement en France s’appuyaient sur les résultats d’études rétrospectives anglo-saxonnes dans lesquelles l’état de santé néonatal du 2ème jumeau était meilleur après une naissance par césarienne qu’après un accouchement par les voies naturelles. Ces données ont participé à l’augmentation du taux de césariennes observé en France pour cette population depuis 20 ans, et qui était de 45% en 2010.

Une étude prospective menée entre 2014 et 2015 par des équipes de l'Inserm, de l'Université Paris-Descartes et de l'Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, apporte un éclairage nouveau sur le mode d’accouchement en cas de grossesse gémellaire.  Selon le Pr Thomas Schmitz, obstétricien et chercheur, les méthodes d’accouchement peuvent précisément être à l’origine de certaines complications et sont très différentes en France et dans les pays anglo-saxons. Il était donc nécessaire de réaliser dans notre pays une évaluation rigoureuse des pratiques obstétricales à l’accouchement des grossesses gémellaires.

Selon les Prs Thomas Schmitz, service de gynécologie – obstétrique de l’hôpital Robert Debré – AP-HP, et François Goffinet, service de gynécologie – maternité de l’hôpital Cochin – AP-HP, qui ont coordonné cette étude intitulée JUMODA (« MOde D’Accouchement des JUmeaux »), la mise au monde par voie basse diminuerait le taux de mortalité et de morbidité néonatale des deux enfants. Surtout, la tentative d’accouchement par les voies naturelles était associée à un taux faible de mortalité et de morbidité néonatale lorsque le premier bébé était en position tête en bas.

Si la césarienne reste une solution de secours incontournable lorsque surviennent certaines complications pendant les grossesses gémellaires, ces résultats récents montrent que l’accouchement par voie basse est à privilégier dans la très grande majorité des cas. Outre les complications opératoires et psychologiques associées à la césarienne qui seront évitées avec un accouchement par voie basse, l’accouchement naturel pourrait être, grâce au contact qui s’établit à ce moment-là entre le fœtus et les bactéries du vagin de la mère, le déclencheur de nombreux mécanismes immunitaires protecteurs, importants pour la santé et le développement de l’enfant à long terme.

Si des progrès considérables ont été réalisés ces dernières années dans le domaine de la santé périnatale, la grossesse de jumeaux et leur mise au monde restent cependant des situations à haut risque. « Le message que nous souhaiterions faire passer aux patientes enceintes de jumeaux, est que la grossesse gémellaire n’est pas en soi une indication d’accouchement par césarienne. Il nous semble important que les patientes enceintes de jumeaux soient informées de ces résultats afin qu’elles puissent discuter au mieux avec leur obstétricien de leur voie d’accouchement. » conclut le PrThomas Schmitz.

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France