Envoyer la page par email

Maladie d’Alzheimer : une étude promue par l’AP-HP identifie un rôle protecteur précoce du système immunitaire

Publié le Page vue 832 fois. Communiqués de presse

Pour la première fois chez l’homme, une étude d’imagerie montre un rôle précoce et protecteur des cellules immunitaires du cerveau, dites « cellules microgliales », dans la maladie d’Alzheimer. Les équipes du Centre hospitalier Sainte-Anne, du CEA, du centre de recherche Saint-Antoine, de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (Inserm/CNRS/UPMC) et des chercheurs de Roche ont décelé un bénéfice des mécanismes inflammatoires aux stades précoces, voire précliniques, chez un groupe de 96 sujets. Cette découverte ouvre de nouvelles pistes thérapeutiques pour ralentir, voire empêcher, la progression de la maladie d’Alzheimer. Ces travaux, issus de l’étude IMABio3* promue par l’AP-HP, font l’objet d’une publication mercredi 16 mars dans la revue Brain.

La maladie d’Alzheimer est caractérisée par l’accumulation anormale dans le cerveau des protéines tau et amyloïdes, constituant les plaques amyloïdes. L’apparition de ces plaques entraîne une activation des cellules immunitaires et inflammatoires du cerveau, dont les principaux acteurs sont les cellules microgliales. Cependant le rôle exact de ces cellules fait encore débat : l’inflammation permet-elle de protéger le cerveau contre la maladie ou aggrave-t-elle l’évolution de la maladie ?

Pour répondre à cette question, les équipes de recherche ont analysé, auprès de 96 sujets, l’activité microgliale grâce à l’utilisation d’un traceur de nouvelle génération en Tomographie par Emission de Positon (TEP) au Service Hospitalier Frédéric Joliot (Orsay, 91). En parallèle, les plaques amyloïdes ont été quantifiées par imagerie cérébrale chez ces mêmes patients.

Les résultats montrent, non seulement, que l’activation des cellules microgliales est associée à la présence des plaques amyloïdes, mais également qu’elle est d’autant plus importante que la maladie est à un stade précoce. Afin de mesurer son impact sur l’évolution des symptômes, les patients ont été suivis pendant deux ans. Ceux dont l’activité microgliale était initialement élevée sont restés globalement stables cliniquement, alors que les patients qui présentaient une faible activité microgliale initiale ont évolué défavorablement vers un déclin de l’autonomie. Ceci suggère un rôle protecteur de la réaction inflammatoire microgliale sur l'évolution de la maladie.

De plus, ce mécanisme semble apparaître au stade préclinique, puisque l’activation des cellules microgliales a été observée chez les sujets asymptomatiques à risque de maladie d’Alzheimer (c’est-à-dire dont la présence de plaques amyloïdes a été observée mais sans effet sur la santé). Cependant, à un certain stade, lorsque la maladie évolue, l’inflammation pourrait « s’emballer » devenant alors délétère.

Cette étude, la première de cette ampleur jamais réalisée chez l’homme avec cette technique innovante d’imagerie cérébrale, montre le rôle bénéfique et protecteur du système immunitaire au cours des stades précoces de la maladie d’Alzheimer. Elle souligne l’importance de diagnostiquer la maladie au plus tôt et ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques pour ralentir, voire empêcher son évolution.

Article :

Early and protective microglial activation in Alzheimer’s Disease. A prospective study using [18F]DPA-714 PET imaging. Publié dans BRAIN. Lorraine Hamelin, Julien Lagarde, Guillaume Dorothée, Claire Leroy, Mickael Labit, Robert A. Comley, Leonardo Cruz de Souza, Helene Corne, Luce Dauphinot, Maxime Bertoux, Bruno Dubois, Philippe Gervais, Olivier Colliot, Marie Claude Potier, Michel Bottlaender, Marie Sarazin and the Clinical IMABio3.

* L’étude IMABio3 porte sur le rôle des réactions inflammatoires et immunitaires anti-amyloïdes centrales et périphériques dans la maladie d’Alzheimer débutante.

L'étude IMABio3 sur le rôle des réactions inflammatoires et immunitaires anti-amyloïdes centrales et périphériques dans la maladie d’Alzheimer débutante : cofinancée par l’Institut Roche de Recherche et de Médecine Translationnelle et le Ministère de la santé, dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche clinique 2010. Elle est promue par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et s’achèvera en 2017.

A propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 7 millions de personnes malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

 

A propos du CEA : Le CEA est un organisme public de recherche qui intervient dans quatre domaines : la défense et la sécurité, l’énergie nucléaire, la recherche technologique pour l’industrie et la recherche fondamentale. S'appuyant sur une capacité d'expertise reconnue, le CEA participe à la mise en place de projets de collaboration avec de nombreux partenaires académiques et industriels. Fort de ses 16 000 chercheurs et collaborateurs, il est un acteur majeur de l’espace européen de la recherche et exerce une présence croissante à l'international.

 

A propos du Centre hospitalier Sainte-Anne : L’établissement, qui fêtera en 2017 ses 150 ans d’existence, constitue un hôpital de référence nationale et internationale dans le domaine de la psychiatrie et des neurosciences. Hôpital pluridisciplinaire, il compte 8 pôles médicaux  couvrant, dans le domaine de la psychiatrie, 7 secteurs adultes et 3 secteurs infanto‐juvéniles et le Pôle neuro-Sainte-Anne dédié à l’ensemble des pathologies du cerveau. Avec 6 services hospitalo-universitaires, le CHSA est le cœur d’un réseau d’enseignement et de recherche en partenariat avec l’Université Paris Descartes. Depuis 2014, le CHSA est en Direction commune avec l’EPS Maison Blanche et le GPS Perray-Vaucluse, tous 3 membres fondateurs de la Communauté Hospitalière de Territoire pour la Psychiatrie parisienne. Sur le plan de la recherche, avec en moyenne 140 publications scientifiques par an, le Centre hospitalier Sainte-Anne se classe 1er CH au plan national (hors CHU et CLCC) en terme de nombre de publications et 1er CH en terme d’indicateur de publication (score SIGAPS). En savoir plus : http://www.ch-sainte-anne.fr/Actualites/La-recherche-a-Sainte-Anne 

 

A propos de l’ICM : L’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM) est un centre de recherche de dimension internationale, sans équivalent dans le monde, innovant dans sa conception comme dans son organisation. En réunissant en un même lieu malades, médecins et chercheurs, l’objectif est de permettre la mise au point rapide de traitements pour les lésions du système nerveux afin de les appliquer aux patients dans les meilleurs délais. Venus de tous les horizons et de tous les pays, les meilleurs scientifiques y développent les recherches les plus en pointe dans ce domaine.

 

A propos de  l'Institut Roche et du Roche Basel Innovation Center : L'Institut Roche est actuellement en France le seul institut entièrement dédié à la recherche partenariale dans les sciences du vivant. Lancé en 2011,  il a pour missions :
- d’être une interface  avec communauté scientifique ;
- d’identifier les projets de recherche innovants dans le but d’établir des partenariats scientifiques de haut niveau dans des domaines d’intérêt mutuel ;
- d’être un relais scientifique de proximité vers  les centres de recherche du Groupe Roche.
L'Institut Roche a conduit, depuis sa création, une centaine de projets de recherche, ce qui représente  plus de 40 millions d'euros investis. Structure de recherche collaborative et multidisciplinaire, l’Institut Roche est  un accélérateur de l’innovation scientifique et biomédicale. Il a pour objectif de transformer plus rapidement les découvertes de la recherche fondamentale en applications cliniques pour le patient. Le département Neurosciences du Roche Basel Innovation Center développe des médicaments destinés à traiter des maladies neurologiques graves telles que la sclérose en plaques, la maladie d'Alzheimer,  la maladie de Parkinson,  la dépression, l'autisme, ou encore le syndrome de Down.

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachées de presse :
Anne-Cécile Bard
Marine Leroy
Assistante :
Nadiera Mondongue

Nous suivre :
> Facebook
> Twitter

L'AP-HP en bref


Directeur de la communication de l'AP-HP : Patrick Chanson

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France