French English

Sida : une recherche sur le dépistage ciblé dans les services d'urgences de l’hôpital

Publié le Page vue 284 fois. Communiqués de presse
Soutenue par l’ANRS (France Recherche Nord&sud Sida-hiv Hépatites) et l’AP-HP, l’étude DICI-VIH a été lancée en juin 2014.
Elle est coordonnée* par le Pr. Anne-Claude Crémieux du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Raymond Poincaré, AP-HP, en collaboration avec Judith Leblanc, infirmière de recherche clinique, Centre de Recherche Clinique de l’Est Parisien à l’hôpital Saint-Antoine. 
 
ANRS DICI-VIH permettra, pour la première fois, d’étudier l’efficacité d’un dépistage ciblé auprès de personnes venues consulter aux urgences et identifiées comme à risque d’infection par le VIH à partir d’un questionnaire standardisé. Elle précisera le rôle des infirmier-e-s dans le dépistage du VIH.
 
Cette étude se déroule d’ores et déjà dans huit services d’accueil des urgences d’Ile-de-France dont six à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Les huit services ont été sélectionnés parmi les 29 services d'urgence d’Ile de France. Actuellement, le recrutement des patients est achevé dans quatre centres : l’hôpital Tenon et l’hôpital Cochin pour l’AP-HP ; l’hôpital de Saint-Denis et l’hôpital de Gonesse. L’étude est toujours en cours au sein de trois autres services de l’AP-HP: l’hôpital Avicenne, l’hôpital Bicêtre et l’hôpital Saint-Antoine. L’hôpital Lariboisière, AP-HP, entrera dans l’étude en janvier 2015. A ce jour, 11 453 personnes ont participé à l’étude et 2 085 tests ont été réalisés.
 
Cette étude s’inscrit dans un programme de recherche pour améliorer le dépistage du VIH qu’a lancé l'ANRS en 2008.
 
Une dizaine d'études ont été réalisées en population générale et auprès de populations ciblées.
 
Parmi ces études, l’une d’elle menée en 2010, démontrait que le dépistage généralisé du VIH par test rapide était faisable mais peu efficace. La quasi-totalité des personnes qui ignoraient leur séropositivité appartenait en effet aux groupes les plus exposés au VIH. Cette étude soutenue par l’ANRS et Sidaction avait alors conclu à la nécessité d’évaluer le dépistage ciblé des populations à risque lors de leur passage aux urgences. Elle avait également mis en évidence l’intérêt que les tests de dépistage rapide soient proposés et réalisés par les équipes infirmier-e-s, ce qui est désormais possible depuis l’arrêté ministériel du 9 novembre 2010.
 
Une telle stratégie de dépistage pourrait permettre de réduire le nombre de personnes infectées par le VIH et qui ne le savent pas. Elles sont actuellement estimées en France entre 15 000 à 30 000. Cela pourrait leur permettre de bénéficier d’une prise en charge efficace et limiter ainsi le nombre de nouvelles infections.
 

LISTE DES ÉQUIPES IMPLIQUÉES DANS LE PROJET

Anne-Claude Crémieux, Pierre de Truchis, Département de Médecine Aiguë Spécialisée / Maladies infectieuses, Hôpital Raymond Poincaré, AP-HP Judith Leblanc (Doctorat Santé publique, ED420), Tabassome Simon, Alexandra Rousseau, CRC-Est / URC-Est, Hôpital Saint Antoine, AP-HP Isabelle Durand-Zaleski, URC-ECO Ile-de-France, AP-HP Dominique Costagliola, Gilles Hejblum, Virginie Supervie, INSERM U943/U707 France Lert, ANRS José Côté, Université de Montréal, Canada, Dominique Pateron, Département des urgences, Hôpital Saint Antoine, AP-HP François Simon, Service de microbiologie, Hôpital Saint-Louis, AP-HP

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachées de presse :

Juliette Hardy
Marine Leroy

Assistant :

Théodore Lopresti

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France