Polyhandicap et multihandicap : définition

Qu’est-ce que le polyhandicap ?

Le polyhandicap associe une déficience mentale sévère ou profonde et un déficit moteur grave entraînant une mobilité réduite et une restriction extrême de l’autonomie. Aux handicaps neurologiques, intellectuels et moteurs, s’ajoutent fréquemment des déficits auditifs ou visuels, des troubles comportementaux et relationnels. Quelle qu’en soit l’étiologie, même si la pathologie est fixée, le polyhandicap s’aggrave au fur et à mesure des complications qui majorent les multiples handicaps intriqués. Au fil du temps, les soins deviennent de plus en plus lourds et complexes, y compris lors des accompagnements de fin de vie.

Le polyhandicap est un état de santé grave dont les étiologies sont multiples.La maladie initiale peut être pré-, péri- ou post-natale, survenir pendant l’enfance ou à l’âge adulte. La pathologie neurologique causale peut-être constitutionnelle, acquise ou progressive, dégénérative.

Le polyhandicap peut être la conséquence d’une pathologie commune, mais une très grande proportion est représentée par des maladies rares ou orphelines dont l’évolution aboutit au polyhandicap lourdement médicalisé à plus ou moins brève échéance.

Qu’est-ce-que le multihandicap ?

Par analogie, le concept de multihandicap correspond aux patients ayant un handicap neurologique grave entraînant un état de dépendance permanent et des besoins sanitaires lourds et chroniques, même en l’absence de déficience mentale sévère.

Ils ont la même dépendance pour les actes de la vie quotidienne, partagent les mêmes besoins d’une médicalisation spécialisée continue que les patients polyhandicapés.

En outre, la prise en charge sanitaire là doit aussi être complétée par un environnement relationnel, comportemental et social spécifique. Ces patients ayant les plus lourds handicaps neurologiques, relèvent de la même façon du secteur sanitaire.

La plupart ont des dispositifs médicaux, des appareillages et pour certains une ventilation mécanique. Certains ont une intelligence conservée, certains ont une pathologie organique associée à des troubles majeurs du comportement alimentaire, à une obésité morbide, à une pathologie psychiatrique grave.