French English

La radiothérapie

Mis à jour le . Page vue 1418 fois. Signaler ce contenu

Corps de texte

En bref

La radiothérapie est indiquée dans le traitement de nombreux types de cancers à différents stades de leur évolution. Elle permet de détruire les cellules cancéreuses grâce aux rayonnements ionisants tout en limitant l’exposition des cellules normales. On distingue la radiothérapie externe (conformationnelle, en modulation d’intensité ou en conditions stéréotaxiques) et la curiethérapie. Le choix de la technique de radiothérapie est fait par l’oncologue radiothérapeute en fonction de votre maladie et de votre situation personnelle.

En détail

Radiothérapie externe

La technique de radiothérapie externe la plus utilisée aujourd’hui est la radiothérapie conformationnelle (en trois dimensions). Un accélérateur linéaire de particules produit des rayonnements ionisants et les dirigent sur la zone à traiter. Les traitements sont généralement réalisés en 3 à 8 semaines, à raison d’une séance chaque jour, 5 jours par semaine. Les doses de radiothérapie, leur rythme et le nombre de séances dépendent du type de cancer, de son stade d’évolution et de l’état de santé du patient. Chaque séance dure environ 15 à 30 minutes. Les rayonnements produits sont incolores, inodores et indolores. Une chimiothérapie peut dans certains cas être administrée en même temps que la radiothérapie, on parle alors de radio-chimiothérapie concomitante.

Radiothérapie stéréotaxique

La radiothérapie stéréotaxique est une technique de radiothérapie particulière qui permet de diriger de façon très précise et très focalisée les radiations vers une zone très localisée. Elle peut être proposée pour le traitement des tumeurs cérébrales et de certaines tumeurs de petits volumes. Le traitement peut-être réalisé en une seule séance (radiochirurgie) ou en plusieurs séances (radiothérapie stéréotaxique hypofractionnée).

Curiethérapie

La curiethérapie peut compléter un traitement chirurgical et/ou la radiothérapie externe ou être le seul traitement. Elle consiste à introduire une ou plusieurs sources radioactives au contact de la tumeur ou dans la zone opérée. Elle permet d’irradier le volume à traiter en limitant la dose reçue par les organes adjacents. La curiethérapie peut être utilisée pour le traitement de plusieurs cancers, en particulier les cancers de la prostate, les cancers de l’endomètre, du col de l’utérus et du sein. Elle nécessite une intervention au bloc chirurgical avec une anesthésie locale ou générale. Ses effets secondaires sont très localisés.

Tolérance de la radiothérapie

La radiothérapie est un traitement local qui peut engendrer des effets secondaires variables. Ils dépendent de la technique de radiothérapie, de la dose administrée, du type et de la taille de la tumeur, de la région traitée et de l’état de santé du patient. On distingue les effets secondaires immédiats qui se produisent durant la radiothérapie et peuvent persister jusqu’à une à deux semaines après la fin de celle-ci et les effets tardifs qui peuvent survenir plusieurs mois ou années après le traitement.

Les effets secondaires généraux immédiats les plus fréquents sont une fatigue, des réactions au niveau de la peau (rougeur, peau sèche, démangeaisons) dans la zone irradiée, une diminution de l’appétit, la perte des poils et des cheveux dans la zone traitée par radiothérapie. Les effets secondaires tardifs sont principalement à type de fibrose.

L'innovation en radiothérapie (Pr Philippe Giraud, Service d’Oncologie Radiothérapie, hôpital européen Georges-Pompidou, AP-HP)

La radiothérapie est l’un des traitements les plus efficaces du cancer. Parmi les patients guéris d’un cancer, au moins 40% ont reçu une radiothérapie, seule ou associée à d’autres thérapeutiques. C’est un traitement efficace sur les symptômes et bien toléré y compris chez les patients âgés. Depuis 15 ans, des progrès notables ont eu lieu en radiothérapie, liés notamment à des évolutions techniques marquantes. Ils ont permis un élargissement de ses indications et une amélioration des résultats thérapeutiques, avec une meilleure efficacité et une meilleure tolérance.  Les nouvelles techniques d’irradiation visent actuellement à obtenir une irradiation de haute précision en intégrant les derniers développements technologiques. Il s’agit par exemple de la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité (RCMI), de la radiothérapie en conditions stéréotaxiques (RCS), de la radiothérapie asservie à la respiration, et de la radiothérapie guidée par l’image.  Prochainement, la protonthérapie ouvre potentiellement la voie à de nouveaux progrès notamment en termes de tolérance et de réduction du risque de seconds cancers. Au-delà des coûts financiers, toutes ces techniques de haute précision nécessitent une adaptation des personnels et de l’organisation des plateaux. Elles possèdent cependant un potentiel d’optimisation de l’index thérapeutique (rapport efficacité / toxicité) de la radiothérapie jamais atteint.

Ces dernières années, l’AP-HP s’est engagée dans un programme de renouvellement et de mise à niveau de ses équipements pour ses 5 centres de radiothérapie (HEGP, Tenon, Pitié-Salpêtrière, Saint Louis, Henri Mondor) via notamment l’acquisition d’un Cyberknife, d’une Tomothérapie, d’un Gammaknife, et d’accélérateurs de dernière génération permettant la RCMI et/ou la RCS.

Où m'adresser pour une radiothérapie?

Cancer

  • Hôpital Tenon

    Service de radiothérapie

  • Hôpital Saint-Louis

    Service de cancérologie et radiothérapie

  • Hôpital Pitié-Salpétrière

    Service de radiothérapie

  • Hôpital Européen Georges-Pompidou

    Service d'oncologie-radiothérapie

  • Hôpital Henri-Mondor

    Service de radiothérapie

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France