French English

Les traitements actuels des cancers du système nerveux central

Mis à jour le . Page vue 143 fois. Signaler ce contenu

Corps de texte

Les traitements des cancers du système nerveux central reposent essentiellement sur la chirurgie,la radiothérapie et la chimiothérapie. Un traitement complémentaire par corticoïdes et/ou anti épileptiques peut être également proposé pour soulager les symptômes provoqués par la tumeur.

Les traitements de ces cancers dépendent du type, de la taille et de la localisation de la tumeur, des troubles qu’ils induisent et de l’état général de santé du patient.

En France, pour chaque patient atteint d’un cancer, le choix du traitement est discuté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) en présence de différents spécialistes, oncologues, neurologues, radiothérapeutes, neuro chirurgiens…

Lorsque le médecin revoit le patient, il lui explique le traitement envisagé et lui remet un document appelé « Programme Personnalisé de Soins » qui contient un ensemble d’informations (plan de traitement, dates de RV, personnes à contacter à l’hôpital…).

Apports des ultrasons dans les tumeurs cérébrales à la Pitié-Salpêtrière, AP-HP (Pr Alexandre Carpentier)

La prise en charge des tumeurs cérébrales nécessite de prime abord soit un traitement chirurgical soit une simple biopsie diagnostique lorsque la tumeur est profonde, ou le patient trop fragile.  En partenariat avec des physiciens, une équipe de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP dirigée par le Pr Alexandre Carpentier développe des sondes stéréotaxiques interstitielles laser et ultrasonores pour réaliser un traitement minimal invasif sous guidage IRM en temps réel et sous anesthésie locale. 

Un premier essai clinique concluant a été réalisé en 2008 avec une fibre laser (A.Carpentier et al. J. of Neurosurgery 2008). Plus de 40 centres aux Etats-Unis pratiquent aujourd’hui cette technique avec plus de 4500 patients traités pour tumeur cérébrale ou pour épilepsie. Cette nouvelle approche thérapeutique peu invasive constitue aujourd’hui une arme thérapeutique supplémentaire reconnue. L’équipe travaille aujourd’hui au développement d’une sonde ultrasonore qui devrait permettre des fonctionnalités accrues.

Dans la prise en charge ultérieure du patient, une chimiothérapie complémentaire est nécessaire, mais celle-ci est freinée dans sa biodisponibilité intracérébrale par la barrière hémato encéphalique, notamment pour les molécules fonctionnalisées, immuno-régulateurs, et anticorps. L’équipe développe également une technique ultrasonore via un émetteur implantable intra osseux qui permet d’ouvrir pendant 6 heures la barrière hémato encéphalique de façon non traumatique et réversible, optimisant ainsi d’un facteur 6 la délivrance dans le cerveau de la chimiothérapie intraveineuse. L’essai clinique pilote a débuté en juillet 2014, avec un espoir thérapeutique aussi bien sur les tumeurs que pour certaines maladies neurodégénératives (A.Carpentier et al. Science trans med 2016).

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France