French English

Stress post-traumatique : le projet Paris : Mémoire Vive (Paris MEM)

Mis à jour le . Page vue 1989 fois. Signaler ce contenu
Suite aux attentats survenus le 13 novembre 2015, de nombreuses personnes (victimes, secouristes, proches témoins, policiers, journalistes, etc.) sont susceptibles de développer des troubles psycho-traumatiques, et notamment un état de stress post-traumatique (ESPT).

Corps de texte


L’AP-HP a décidé de mener des recherches pour améliorer la prise en charge de ce type de fragilité psychique.

Le Pr Brunet, spécialiste du traumatisme à l’Université McGill de Montréal, et le Pr Millet, psychiatre à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, coordonnent  un projet, promu par l’AP-HP. Cette étude vise à tester une technique de soins adaptée aux patients souffrant de troubles de stress post-traumatique : le blocage de la reconsolidation, qui consiste à évoquer une situation traumatisante après l’utilisation d’un bétabloqueur.

La recherche coordonnée par le Pr Millet à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, permettra d’évaluer l’efficience de cette thérapeutique innovante chez 300 patients souffrant de troubles de stress post-traumatique. Cent patients serviront de groupe contrôle en bénéficiant d’un traitement habituel.

Quinze centres, dont huit hôpitaux de l’AP-HP, ont d’ores et déjà accepté de participer à cette recherche soutenue par la fondation recherche de l’AP-HP et par un soutien du Fonds de dotation MSDAVENIR, dédié au renforcement des partenariats dans les sciences du vivant en France.

Pour participer à l’étude, il faut répondre aux critères suivants :

- Ressentir des difficultés à reprendre sa vie normalement depuis les attentats
- Etre âgé(e) de 18ans ou plus
- Etre affilié(e) à la Sécurité Sociale
- Etre disponible pour environ 1 rdv/semaine pendant 8 semaines
- Ne pas être enceinte

Pour nous contacter : N° : 01 42 16 15 35

A voir aussi

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France