Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service

  • Rechercher un contenu

Select the desired hospital

Étude ComPaRe sur le « fardeau du traitement » : près de 40% des patients chroniques estiment ne pas être en mesure de supporter, sur le long terme, la charge de leurs soins

Mis à jour le . Signaler ce contenu
ComPaRe -
Contribuez comme plus de 2 400 patients suivis partout en France pour des maladies chroniques qui ont répondu via la plateforme ComPaRe à une étude afin d'évaluer le seuil de « fardeau du traitement » au-delà duquel les soins ne sont plus acceptables par les patients. L’étude démontre qu’en France, 38% des patients chroniques estiment leur « fardeau du traitement » inacceptable. Cette étude menée par le Dr Viet-Thi Tran et le Pr Philippe Ravaud, du Centre d’épidémiologie clinique de l’Hôtel-Dieu AP-HP et d’Université de Paris, fait l’objet d’une publication dans la revue Mayo Clinic Proceedings, le 13 octobre 2019.

Corps de texte

Les maladies chroniques touchent plus de 20 millions de personnes en France. Pour ces patients, le suivi et les traitements sont particulièrement complexes et réclament tout au long de la vie, médicaments, analyses, consultations et changements de style de vie. Un investissement particulièrement lourd en temps, en efforts et en attention.

En plus du fardeau que constitue la maladie, les patients chroniques doivent donc supporter un véritable « fardeau du traitement ». Le fardeau du traitement représente l’impact de ce dernier (prises de médicaments, visites médicales, auto-surveillance …) sur la vie des patients suivis pour maladies chroniques. Pour mieux les soigner, les médecins ont besoin de déterminer ce qui constitue  un « fardeau du traitement » acceptable pour leurs patients. Les soignants peuvent ainsi prévenir une forme d’épuisement des patients face à leurs traitements.

Au total, 38% des patients chroniques en France estiment le fardeau de leur traitement inacceptable, principalement à cause des aspects suivants :

  • Les soins réguliers rappelant aux patients leur maladie,
  • Le fardeau financier du traitement,
  • Le fardeau d’organisation des rendez-vous médicaux et d’analyses,
  • Les difficultés dans les relations avec les soignants.

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris