Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service

  • Rechercher un contenu

Select the desired hospital

L’AP-HP accueille, au Centre Hépato-Biliaire de l’hôpital Paul-Brousse, une plateforme de perfusion normothermique du foie, impliquant les hôpitaux Paul-Brousse, Beaujon et Pitié-Salpêtrière, qui permet de réhabiliter des greffons écartés

Mis à jour le . Signaler ce contenu
foie
Foie -
Le Centre Hépato-Biliaire de l’hôpital Paul-Brousse AP-HP accueille depuis novembre 2019 la première plateforme de perfusion normothermique du foie en France. Cette plateforme a été développée sur un modèle multicentrique mobilisant les hôpitaux de l’AP-HP Paul-Brousse, Beaujon et Pitié-Salpêtrière. Son objectif est de réhabiliter des greffons écartés en première intention, de la transplantation hépatique, par les critères de sélection "standards" utilisés. Les équipes des hôpitaux AP-HP, Paul-Brousse, Pitié-Salpêtrière et Beaujon ainsi que des scientifiques du laboratoire Modèles de cellules souches malignes et thérapeutiques (Inserm/Université Paris-Sud-Paris-Saclay) ont travaillé à la mise en place de cette technologie innovante développée par la société Organox. Soutenu par l’Agence régionale de santé Île-de-France et l’AP-HP, ce projet contribue à élargir le pool de donneurs disponibles. Les premiers patients dont le greffon aura été réhabilité grâce à cette plateforme, vont pouvoir être transplantés dès décembre 2019.

Corps de texte

Le principal facteur limitant de la greffe hépatique est le manque de donneurs et donc de greffons. Les malades en attente d’une greffe de foie sont exposés à un risque croissant d’aggravation de leur maladie du foie ou de leur cancer, avec de possibles sorties de liste ou décès. La stéatose hépatique, qui correspond à une surcharge de graisse qui infiltre le cytoplasme des hépatocytes, est une cause majeure de refus de greffon hépatique pour transplantation.

La perfusion normothermique oxygénée, déjà utilisée pour le rein et en cours de développement pour le poumon, consiste à perfuser avec du sang oxygéné, le foie écarté en première intention à cause de sa stéatose modérée (30 à 60%) ou sévère (supérieure à 60%). Cela permet de recréer les conditions physiologiques de perfusion et d'oxygénation de l'organe et d'évaluer sa fonctionnalité.

Cette avancée majeure en transplantation hépatique contribue à réduire la perte potentielle de greffons.

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris