Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service

  • Rechercher un contenu

Select the desired hospital

Résultats d’une étude menée par le Centre d’éthique clinique de l’AP-HP sur les directives anticipées en Ehpad

Mis à jour le . Signaler ce contenu
Directives anticipées dans les Ehpad
Directives anticipées dans les Ehpad -
Depuis 2016, il est recommandé aux établissements hospitaliers pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) d’informer leurs résidents de l’existence des directives anticipées (DA), dans le cadre d’un dialogue, sans que les personnes aient à en rédiger systématiquement. Le Centre d’éthique clinique (Cec) de l’AP-HP a toujours été concerné par la nécessité de porter la parole des patients et les aider à prendre leur juste place dans la décision qui les concerne. Il a donc décidé d’entreprendre une étude d’éthique clinique sur le sujet.

Corps de texte

L’étude a été menée dans une unité de soins longue durée et trois EHPAD de la région parisienne, volontairement différents en termes de fonctionnement institutionnel : l’unité de soins de longue durée de l’hôpital Rothschild AP-HP, un EHPAD privé à but non lucratif, un EHPAD public et un EHPAD privé à but lucratif. Quarante-sept résidents ont été inclus d’âge moyen 86 ans, capables d’échanger dans 75% des cas.

Quelques semaines après avoir été observateurs de la discussion initiale proposée aux résidents au sujet des directives anticipées, les chercheurs ont rencontré 19 fois les résidents seuls, 11 fois les résidents avec leurs proches, 11 fois les proches seuls pour leur demander ce qu’ils avaient pensé de cette discussion et de ce dispositif qui leur était proposé. Les entretiens ont duré environ 30 minutes. Ils étaient menés par deux chercheurs, un médecin et un non médecin.

Il ressort de cette étude que :

  • « L’outil » DA n’est pas forcément celui qui est le plus adapté aux discussions que l’on cherche à avoir en EHPAD sur la fin de vie, car il s’intéresse plutôt à l’obstination déraisonnable, ce qui n’est généralement plus le sujet en EHPAD.
  • Mais la discussion autour des DA est un bon moyen d’aborder la question importante des conditions de fin de vie (la souffrance, la déchéance, le confort, la mort « douce », etc.).
  • Il est primordial d’impliquer les proches dans ces discussions, car la personne concernée est rarement en état de s’exprimer et que le proche est souvent omniprésent à ses côtés. Pour en savoir plus : lire le communiqué de presse

Pour en savoir plus : lire le communiqué de presse

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris