French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

SARS-CoV-2 : neutralisation des souches Omicron BA.1 et BA.2 par les anticorps monoclonaux thérapeutiques

Mis à jour le . Signaler ce contenu
Neutralisation de BA.1 et BA.2 par les anticorps monoclonaux thérapeutiques
Neutralisation de BA.1 et BA.2 par les anticorps monoclonaux thérapeutiques -
Getty Images
La souche Omicron BA.1 du SARS-CoV-2 a été supplantée par le sous-lignage BA.2 dans de nombreux pays. Si Omicron est responsable de moins de formes sévères dans la population générale, les personnes immunodéprimées ont néanmoins un risque accru de développer des formes graves de la COVID-19. Plusieurs anticorps monoclonaux sont actuellement disponibles en clinique pour traiter ces patients de manière préventive. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, du Vaccine Research Institute (VRI), en collaboration avec le CHR d’Orléans, l’AP-HP, KU Leuven (Université Catholique de Louvain) et Université Paris Cité ont étudié la sensibilité des variants Omicron BA.1 et BA.2 à neuf anticorps monoclonaux dont certains sont utilisés en prophylaxie préexposition chez les personnes immunodéprimées.

Ils montrent une perte d’efficacité de neutralisation contre BA.1 et BA.2 chez les personnes traitées par deux associations d’anticorps (Ronapreve® ou Evusheld®). Ces résultats ont été publiés dans Nature Medicine, le 23 mars 2022.

La souche BA.2 d’Omicron a fortement augmenté en fréquence et est maintenant majoritaire dans de nombreux pays, dont la France. Dans un premier temps, les scientifiques de l’unité Virus et immunité à l'Institut Pasteur (unité mixte de recherche CNRS) et du VRI ont étudié la sensibilité des sous-lignées Omicron BA.1 et BA.2 aux anticorps monoclonaux thérapeutiques dans un système de culture cellulaire. Pour cela, ils ont isolé une souche infectieuse BA.2, en collaboration avec l’Institut Rega, KU Leuven. Ils ont ensuite examiné l'efficacité de la prophylaxie préexposition chez les personnes immunodéprimées à risque de COVID-19 sévère. Ils ont d'abord décrit la sensibilité in vitro de BA.2, en comparaison avec les souches Delta et Omicron BA.1, à 9 anticorps à visée thérapeutique. Ils ont ensuite examiné les conséquences cliniques de ces observations, en mesurant directement l'activité neutralisante des anticorps dans des sérums de 29 individus ayant reçu Ronapreve® (association de deux anticorps développée par Roche/Regeneron) et/ou Evusheld® (association de deux anticorps développée par AstraZeneca).

 

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris