Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service

  • Rechercher un contenu

Select the desired hospital

Une protéine essentielle à la réplication du virus chikungunya identifiée

Mis à jour le . Signaler ce contenu
Moustique
Moustique -
Sous la direction d’Ali Amara – Inserm, CNRS, Université de Paris – à l’Institut de Recherche de l’hôpital Saint-Louis AP-HP, en collaboration avec l’équipe de Marc Lecuit – de l’Institut Pasteur, du département des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP et d’Université de Paris –, des chercheurs ont identifié une protéine cruciale pour la réplication du virus Chikungunya dans ses cellules cibles. Ces travaux, publiés dans la revue Nature, ouvrent des perspectives thérapeutiques dans la lutte contre ce virus.

Corps de texte

Le chikungunya est une maladie infectieuse causée par un virus transmis à l’homme par les moustiques. La maladie se caractérise par une forte fièvre et par des douleurs articulaires et musculaires intenses qui peuvent persister plusieurs mois. Les mécanismes de l’infection des cellules humaines par le virus chikungunya restent très mal compris.

Les chercheurs viennent de montrer que la protéine FHL1 est un facteur cellulaire clé pour la réplication et la pathogénèse du virus chikungunya. FHL1 est une molécule présente majoritairement dans les cellules musculaires et les fibroblastes, les cibles privilégiées du virus. En temps normal, FHL1 participe au fonctionnement du muscle sain, et serait détournée de cette fonction par le virus pour assurer sa réplication dans les cellules cibles.

Le rôle précis de FHL1 dans l’infection virale n’est pas encore entièrement compris. Les chercheurs ont découvert que FHL1 interagit avec une protéine virale connue sous le nom de nsP3. C’est en se liant à celle-ci que FHL1 participe à la réplication du virus.

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris