French English

Une étude de l’OMS menée notamment à l’hôpital Antoine-Béclère définit de nouvelles courbes de croissance et d’estimation du poids fœtal

Publié le Page vue 462 fois. Communiqués de presse

Le service de gynécologie-obstétrique, sous la direction du Dr Catherine Egoroff et du Pr Alexandra Benachi, et le service de réanimation polyvalente, notamment le Dr Jean-Fabien Zazzo, de l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP, ont contribué dans le cadre d’une étude pilotée par l’Organisation mondiale de la santé à établir de nouvelles courbes de croissance et d’estimation du poids fœtal, applicables à l’échelle mondiale.

Cette étude, menée dans dix pays*, a fait l’objet d’une publication dans la revue PLOS Medicine mardi 24 janvier 2017.

Les courbes biométriques de référence actuellement utilisées pour estimer la croissance fœtale sont issues d’études réalisées dans un nombre restreint de pays développés, rendant difficile leur application à l’échelle mondiale. 

L’Organisation mondiale de la santé a donc souhaité réaliser une étude basée sur un panel élargi de populations, permettant d’établir de nouvelles courbes de biométrie et d'estimation du poids fœtal applicables partout dans le monde.

Les services de gynécologie-obstétrique et de réanimation polyvalente de l’hôpital Antoine-Béclère AP-HP ont contribué à la réalisation de 8203 mesures chez des patientes menant une grossesse à faible risque, issues des classes moyennes ou d’un niveau social plus élevé. Chaque patiente a bénéficié de huit échographies en cours de grossesse ainsi que d'une évaluation anthropométrique et diététique.

Des courbes des différentes mesures fœtales, plus adaptées à un usage international que celles appliquées aujourd’hui, ont ainsi été établies. L’étude montre aussi des variations de la croissance du poids fœtal entre les différents pays, croissance influencée dans une faible mesure par l'âge de la mère, sa taille, son poids et par le sexe fœtal.

L’étude suggère donc un ajustement local des courbes de croissance fœtale réalisées pour améliorer leur performance diagnostique.

Ces différences importantes de la croissance fœtale et du poids de naissance, observées pour des grossesses à bas risque et qui ne peuvent être expliquées par des facteurs maternels, suggèrent notamment que les principaux facteurs ayant un impact sur le développement humain avant la naissance restent à identifier.

*Allemagne, Argentine, Brésil, Danemark, Egypte, France, Inde, Norvège, République Démocratique du Congo et Thaïlande

The World Health Organization Fetal Growth Charts: A Multinational Longitudinal Study of Ultrasound Biometric Measurements and Estimated Fetal Weight

Torvid Kiserud , Gilda Piaggio , Guillermo Carroli, Mariana Widmer , José Carvalho, Lisa Neerup Jensen, Daniel Giordano, José Guilherme Cecatti, Hany Abdel Aleem, Sameera A. Talegawkar, Alexandra Benachi, Anke Diemert, Antoinette Tshefu Kitoto, Jadsada Thinkhamrop, Pisake Lumbiganon, Ann Tabor, Alka Kriplani, Rogelio Gonzalez Perez, Kurt Hecher, Mark A. Hanson, A. Metin Gülmezoglu, Lawrence D. Platt

Published: January 24, 2017 http://dx.doi.org/10.1371/journal.pmed.1002220 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachées de presse :

Juliette Hardy
Marine Leroy

Assistant :

Théodore Lopresti

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance Publique - Hôpitaux de Paris

Centre Hospitalier Universitaire d'Île-de-France