French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

L’asthme ne serait pas un facteur aggravant pour les cas de COVID-19

Mis à jour le . Signaler ce contenu
asthme
asthme -
Une étude menée par des chercheurs de l’hôpital Bicêtre, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris / Université Paris-Saclay auprès d’une cohorte de patients hospitalisés pour une pneumonie COVID-19, vient de montrer que les asthmatiques ne présentaient pas de risques accrus de développer une forme grave de la maladie. Ces travaux ont été publiés dans le European Respiratory Journal le jeudi 30 juillet 2020.

Les infections liées aux virus à tropisme respiratoire (rhinovirus, virus respiratoire syncytial, virus grippaux…) sont la principale cause d'exacerbation de l'asthme et peuvent être associées à des épisodes respiratoires sévères chez les patients asthmatiques.

La survenue de la pandémie COVID-19 liée au coronavirus SARS-CoV-2 et caractérisée dans ses formes sévères par des pneumonies graves pouvant conduire à un syndrome de détresse respiratoire aigu potentiellement mortel pouvait faire redouter un risque accru de formes graves chez les asthmatiques.

L'objectif des chercheurs de l’hôpital Bicêtre, AP-HP / Faculté de Médecine de l’Université Paris-Saclay était de décrire les caractéristiques cliniques et le devenir des patients asthmatiques hospitalisés pour pneumopathie COVID-19 au printemps 2020 à l'hôpital Bicêtre. Dans un groupe de 768 patients hospitalisés du 15 mars au 15 avril 2020, 37 (4.8%) étaient asthmatiques, une proportion globalement similaire à la population générale du même âge en France. Ces patients étaient plus jeunes que les patients non asthmatiques hospitalisés pour une pneumopathie COVID-19 et plus souvent de sexe féminin.

Il est notable qu'aucun de ces patients n'ont présenté une crise d'asthme sévère justifiant un traitement spécifique à l'admission à l'hôpital, confirmant que cette infection respiratoire se complique moins d'exacerbation asthmatique que d'autres infections virales respiratoires. Par ailleurs, il n'y a pas d'éléments suggérant une morbidité ou une mortalité majorée chez ces patients. Le traitement de l'asthme n'a en général pas été modifié au cours de l'hospitalisation, soulignant que le maintien du traitement ne semble pas délétère chez l'asthmatique infecté par SARS-CoV-2. Des études complémentaires sont en cours pour tester l'hypothèse que le traitement de l'asthme pourrait être bénéfique au cours de la COVID-19.

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris