Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : des travaux mettent en évidence les modifications majeures du métabolome* humain au cours de la réaction du greffon contre l’hôte

Publié le Communiqués de presse

Une équipe du service d'hématologie greffe de moelle de l’hôpital Saint-Louis AP-HP, d’Université de Paris et de l'Inserm (unité U976), en collaboration avec l’Institut Pasteur, a mené des travaux sur la réaction du greffon contre l’hôte (GVHD) en utilisant la chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse pour étudier le métabolome des patients allogreffés à l’hôpital Saint-Louis AP-HP. Les résultats de ces travaux mettent en évidence des modifications majeures du métabolome humain après une allogreffe, en rapport avec les altérations du métabolisme du patient et de son microbiote, et pourraient représenter de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles pour la prévention ou le traitement de la GVHD. Ils ont fait l’objet d’une publication le 13 décembre 2019 au sein de la revue Nature Communication.

L’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) est un traitement curatif employé pour de nombreuses hémopathies malignes et des anomalies congénitales ou acquises de l’hématopoïèse. Malgré l’amélioration de la prise en charge des patients, l’allogreffe de CSH reste associée à des complications immunologiques sévères. La réaction du greffon contre l’hôte (GVHD) est une des principales complications pouvant survenir après une allogreffe, et se caractérise par des dommages tissulaires induits par les cellules immunitaires du donneur qui réagissent contre celles du receveur. Les progrès récents dans la compréhension des mécanismes immunologiques de la GVHD ont montré que l’activation des cellules immunitaires du donneur est étroitement régulée par le microenvironnement tissulaire ou les modifications du microbiote digestif après la greffe.

Récemment, la métabolomique a émergé comme un nouveau champ de la biologie qui reflète comment la génétique, l’environnement ou le microbiote affectent les processus biochimiques d’un individu. Dans ce projet, l’équipe du Dr David Michonneau et du Pr Gérard Socié (INSERM U976/Hôpital Saint Louis AP-HP/Université de Paris) s’est intéressée à l’étude du métabolome des patients allogreffés à l’hôpital Saint-Louis AP-HP dans le service d’hématologie-greffe adulte. En utilisant la chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse à haute performance, ils ont pu étudier le métabolome de 43 patients qui développaient ou non une GVHD aigue après une allogreffe. Ces données ont pu être confirmées à l’aide d’une seconde cohorte multicentrique nationale indépendante, issue de la collection de ressources biologiques Cryostem (ANR/INCa).

Par cette approche, ils ont pu montrer que la GVHD aigue est associée à une diminution des métabolites de la voie du tryptophane et de l’arginine, ainsi que des lipides de la famille des plasmalogènes, des lysoplasmalogènes et des phospholipides. A l’inverse, les patients présentant une GVHD aigue avaient des taux élevés de lipides complexes, comme les acides gras à chaînes moyennes ou longues, les acides gras polyinsaturés et les acides biliaires. Chez les patients allogreffés, la diminution des plasmalogènes et l’augmentation des acides biliaires et des acides gras polyinsaturés pourraient contribuer à la réponse pro-inflammatoire précoce à l’origine de la GVHD aigue. Les dérivés indoles, un groupe de métabolites produits par le métabolisme microbien du tryptophane, étaient également parmi les plus diminués chez les patients atteints de GVHD aigue. Les dérivés indoles sont des ligands du récepteur d’Aryl Hydrocarbone (AhR), qui régule l’activation et la différenciation des cellules du système immunitaire, et pourraient ainsi contribuer à limiter le risque de réaction immunitaire allogénique à l’origine de la GVHD.

Ces résultats publiés au sein de la revue Nature Communication mettent en évidence les modifications majeures du métabolome humain après une allogreffe, en rapport avec les altérations du métabolisme du patient ou de son microbiote, qui pourraient représenter de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles pour la prévention ou le traitement de la réaction du greffon contre l’hôte (GVHD).

*l’ensemble des molécules produites par le métabolisme d’un individu ou de son microbiote

Sources:

doi:10.1038/s41467-019-13498-3

Metabolomics analysis of human acute Graft-versus-Host Disease reveals changes in host and microbiota-derived metabolites, Nature communication, December 2019

David Michonneau, Eleonora Latis, Emmanuel Curis, Laetitia Dubouchet, Sivapriya Ramamoorthy, Brian Ingram, Régis Peffault de Latour, Marie Robin, Flore Sicre de Fontbrune, Sylvie Chevret, Lars Rogge, and Gérard Socié

A propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ;  AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble des hôpitaux. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

Compte-tenu des consignes nationales de limitation des contacts et des déplacements, le service de presse de l’AP-HP est en télétravail à partir de mardi 17/3/2020. Merci d’adresser vos demandes presse exclusivement par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques,  nous vous rappellerons dès que possible. Par ailleurs, toujours pour être en cohérence avec ces consignes, nous suspendons jusqu’à nouvel ordre la venue de journalistes dans l’enceinte de nos hôpitaux et privilégions le téléphone et ou Skype pour les interviews. Merci de votre compréhension.
Le service presse de l’AP-HP

Attachés de presse :

Éléonore Duveau
Anne-Cécile Bard
Barnabé Chalmin

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris