French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Amélioration spectaculaire en Ile-de-France de la survie après un arrêt cardiaque lié au sport durant la dernière décennie

Publié le Communiqués de presse

L’équipe du service de cardiologie de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP, du Centre d’Expertise Mort Subite de Paris, de l’Université de Paris et de l’Inserm a étudié la survie des sportifs après un arrêt cardiaque entre 2005 et 2018, suite à la mise en place de stratégies de prévention et de formation, et la mise à disposition de matériel. Si le nombre d’arrêts cardiaques est resté stable, le taux de survie des victimes a été multipliée par trois.

Les conclusions de ces travaux, coordonnés par le Dr Nicole Karam et le Pr Eloi Marijon, ont été publiées le 17 janvier 2022 dans la revue Journal of the American College of Cardiology.

La mort subite est une cause fréquente de décès cardiovasculaire dans le domaine du sport, dans lequel des arrêts cardiaques survenus chez des personnes considérées comme en bonne santé et relativement moins à risque sont souvent médiatisés.

Plusieurs stratégies ont été mises en place pour lutter contre la mort subite. L’éducation des témoins aux gestes qui sauvent et le déploiement de défibrillateurs permettant d’augmenter le taux de massage cardiaque et de défibrillation réalisés par les témoins ont permis l’amélioration de la survie post-arrêt cardiaque. Le dépistage systématique des sportifs a également participé à la diminution de l’incidence de la mort subite.

L’impact de ces stratégies sur la mort subite liée au sport n’avait jamais été évalué scientifiquement. L’équipe de recherche a évalué l’évolution du nombre d’arrêts cardiaques liés au sport, de leur prise en charge et de leur pronostic en Ile-de-France, sur six périodes successives de deux ans, allant de 2005 à 2018.

Une amélioration spectaculaire de la pratique de la réanimation initiale réalisée par le témoin, avec une augmentation franche des taux de massages cardiaques (34.9% entre 2005 et 2007 et 94.7% entre 2016 et 2018) et de l’utilisation du défibrillateur automatique externe par le témoin (1.6% entre 2005 et 2007 et 28.8% entre 2016 et 2018), est observée.

Cette amélioration des manœuvres de sauvetage s’est accompagnée d’une multiplication par trois de la survie, qui est passée de 23.8% dans la première période à 66.7% dans la dernière. Dans le même temps, l’incidence de l’arrêt cardiaque lié au sport est restée stable dans le temps avec environ 50 cas par an dans la région, concernant essentiellement des hommes d’environ 50 ans exerçant une activité sportive de loisir.

« Aujourd’hui, en Ile-de-France, deux victimes d’arrêts cardiaques liés au sport sur trois survivent, comparé à moins de 1 arrêt cardiaque sur 10 en dehors de l’activité sportive. L’impact spectaculaire des stratégies mises en place pour améliorer la prise en charge initiale, et donc la survie des arrêts cardiaques liés au sport, donne de grands espoirs sur la faisabilité de l’amélioration du pronostic de l’arrêt cardiaque extrahospitalier tout venant » commente le Pr Xavier Jouven du service de cardiologie de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP, fondateur du Centre d’Expertise Mort Subite.

Ces résultats devraient encourager des efforts similaires afin de pouvoir atteindre des survies comparables lorsque l’arrêt cardiaque ne survient pas dans le contexte du sport.

La faible efficacité des stratégies de dépistage actuelles dans la diminution du nombre d’arrêts cardiaques liés au sport devrait inciter à des efforts supplémentaires pour réviser ces stratégies et aboutir à une vraie diminution du nombre d’arrêts cardiaques.

Référence : Nicole Karam, Louis Pechmajou, Kumar Narayanan, Wulfran Bougouin, Ardalan Sharifzadehgan, Soraya Anys, Orianne Weizman, David Perrot, Victor Waldmann, Frankie Beganton, Marie-Cécile Perier, Julien Rischard, Thomas Loeb, Jean-Marc Agostinucci, Eric Lecarpentier, Patricia Jabre, Daniel Jost, Florence Dumas, Alain Cariou, Xavier Jouven, Eloi Marijon, Journal of the American College of Cardiology

Doi : https://doi.org/10.1016/J.JACC.2021.11.011

Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, labellisée « Initiative d’Excellence », Université de Paris se hisse au meilleur niveau international grâce à sa recherche, à la diversité de ses parcours de formation, à son soutien à l’innovation, et à sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris est composée de trois Facultés (Santé, Sciences et Sociétés et Humanités), d’un établissement-composante, l’Institut de physique du globe de Paris et un organisme de recherche partenaire, l’Institut Pasteur. Université de Paris compte 63 000 étudiants, 7 500 enseignants-chercheurs et chercheurs, 21 écoles doctorales et 119 unités de recherche. www.u-paris.fr

À propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

APHP

Contacts presse :

Service de presse de l’AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Guy-Arnaud Behiri
Mathilde Capy


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris