French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

COVID-19 : Identification et prévention des contaminations au sein des hôpitaux de l’AP-HP

Publié le Communiqués de presse

Depuis février 2020, l’AP-HP a mis en place un ensemble d’actions pour identifier et prévenir les cas de contamination de Covid-19 au sein de ses hôpitaux. Ces actions sont élaborées par le réseau des équipes de prévention du risque infectieux de chaque hôpital, coordonné par le siège de l’AP-HP, et en lien étroit avec les services de santé au travail.

Qu’est-il mis en place pour lutter contre les infections à la Covid-19 dans les hôpitaux de l’AP-HP ?

Pour prévenir les transmissions, tous les personnels, patients et visiteurs sont tenus de porter un masque chirurgical au sein de l’hôpital et de réaliser très régulièrement une désinfection des mains par friction hydro-alcoolique. D’autres mesures sont recommandées comme le port de lunettes ou visière pour protéger les yeux des soignants lors des contacts rapprochés avec les patients, le nettoyage rigoureux des locaux, leur aération régulière et bien sûr le respect de la distance de deux mètres entre deux personnes dès lors que le masque ne peut être porté.

Lorsqu’un personnel ou un patient hospitalisé développe des symptômes évocateurs de Covid-19 et fait l’objet d’un dépistage positif, une enquête est systématiquement réalisée par l’équipe de prévention du risque infectieux pour rechercher la source de cette infection, et identifier les contacts au sein de l’hôpital parmi les patients, les personnels et les visiteurs. Des dépistages de l’ensemble de ces contacts sont alors réalisés. Le dépistage est renouvelé sept jours après et éventuellement 14 jours après si d’autres cas sont identifiés.

Lorsqu’au moins trois cas touchant des patients ou des personnels sont identifiés dans un même lieu dans une période de moins de sept jours, on parle de foyer épidémique ou de cluster, conformément aux définitions nationales de cluster.

Dans ces situations, diverses mesures complémentaires sont prises comme l’arrêt des admissions dans le service, l’arrêt des transferts de patients vers d’autres services, la suspension des activités communes et des visites. Les personnels atteints sont placés en éviction professionnelle qu’ils soient symptomatiques ou non. Les patients atteints sont regroupés dans des secteurs dédiés, avec des précautions complémentaires d’hygiène visant à protéger les autres patients et les personnels. Une évaluation des mesures d’hygiène est réalisée pour s’assurer de leur application rigoureuse. Un suivi étroit de ces foyers épidémiques et des mesures de contrôle mises en place est assuré toutes les semaines en lien avec les autorités sanitaires.

Combien de cas d’infections à la Covid-19 ont été identifiés parmi les patients ?

Depuis le mois de juillet 2020, 458 foyers épidémiques ont été identifiés dans des hôpitaux de l’AP-HP. Ces foyers épidémiques ont duré en moyenne 12 jours et ont concerné un nombre moyen de neuf cas par épidémie, la majorité de ces cas étant des personnels. Parmi ces foyers, 164 ont concerné au moins trois patients, 93 dans des hôpitaux de court séjour, 58 des hôpitaux de soins de suite et réadaptation et 13 des unités de soins de longue durée.

Au 5 février 2021, 71 foyers épidémiques touchant patients et/ou personnels sont en cours. Depuis juillet 2020 le nombre de foyers épidémiques a connu un pic fin octobre 2020 et après une diminution, a ré-augmenté depuis 3 semaines. 22 foyers impliquent des nouveaux variants. A ce jour, les foyers impliquant un nouveau variant ne paraissent pas concerner un plus grand nombre de cas ou connaître une durée plus longue que les autres, mais ce point sera surveillé de près dans les semaines qui viennent. 

Depuis juillet 2020, l’AP-HP a recensé 1262 cas de contamination de patients à caractère potentiellement nosocomial. Ce nombre est à mettre en regard des 300 000 patients hospitalisés pendant la même période et des 12 500 cas de Covid-19 pris en charge dans les 39 hôpitaux de l’AP-HP.

Un cas est considéré comme nosocomial si le patient, indemne à son admission à l’hôpital, a présenté des signes cliniques ou biologiques de l’infection à partir du quinzième jour d’hospitalisation. Ce délai s’appuie sur la période d’incubation qui peut s’étendre entre deux et 14 jours. Une infection qui apparait dans les 14 premiers jours d’hospitalisation peut avoir été acquise avant l’admission à l’hôpital et être encore en incubation lors de l’admission. Les sources de contamination à l’hôpital peuvent être multiples et sont donc le plus souvent difficiles à déterminer : elles peuvent provenir de contacts avec d’autres patients de l’hôpital, avec un personnel soignant, ou encore avec des visiteurs. 

Parmi les cas identifiés, 566 concernaient des patients en service de soins de suite et réadaptation (SSR), 502 en service de court séjour et 194 en unité de soins de longue durée (SLD). Il s’agit essentiellement de patients âgés pour lesquels il est souvent difficile qu’ils portent un masque en continu et qu’ils restent isolés dans leur chambre. Parmi ces patients, 117 sont aujourd’hui décédés sans qu’il soit possible de déterminer si le décès est lié à l’infection Covid-19 ou à l’aggravation de leur pathologie initiale.

Combien de cas d’infections à la Covid-19 ont été identifiés parmi les personnels ?

Depuis le début de l’épidémie, les cas d’infection à la COVID-19 des personnels font aussi l’objet d’un suivi régulier et d’enquêtes autour de ces cas pour chercher les origines possibles, essayer de les corriger, informer et dépister les contacts des cas identifiés.

Ainsi depuis bientôt un an, 11 900 cas d’infection à la COVID ont été identifiés par PCR chez les personnels, ce qui représente 12% des 100 000 personnels de l’AP-HP.

Lorsqu’on compare les différentes catégories professionnelles on trouve des taux de contamination comparables, de 11% chez les aides-soignants, 12% chez les médecins et 14% chez les infirmiers. Des enquêtes sérologiques ont montré que les personnels des services de réanimation n’étaient pas plus contaminés que ceux d’autres secteurs et que les taux plus élevés étaient plutôt mis en évidence dans les services de gériatrie, et les unités de soins de longue durée.

Depuis juillet 2020 l’AP-HP analyse les résultats des enquêtes menées par les équipes de prévention du risque infectieux autour des cas d’infection des personnels. Sur près de 5000 analyses recueillies, les personnels identifient une source possible de leur infection dans 62% des cas : les contaminations possibles auprès des patients représentent moins de 5% des cas. Dans 29% des cas on trouve une contamination possible auprès d’un collègue au sein de l’hôpital, par exemple lors d’un repas, ou dans un moment où les personnels ne portent pas de masque, et enfin dans 29% des cas le personnel identifie une contamination possible auprès d’un proche ou lors d’un rassemblement en dehors de l’hôpital.

Lorsque l’on compare l’évolution des courbes des infections des personnels à celle des cas identifiés en Ile-de-France, c’est à dire la courbe du nombre de nouveaux cas de PCR positives dans la région, on constate que les courbes sont totalement superposables, elles évoluent parallèlement, ce qui suggère que l’essentiel des infections des personnels est en lien avec le niveau de circulation du virus dans la population générale. Et cela a été constaté pendant les deux premières vagues. L’AP-HP suit par ailleurs l’évolution des infections des personnels comme un des indicateurs de l’évolution de l’épidémie dans la région.

L’évolution récente montre une stabilité des contaminations depuis trois semaines avec environ 300 nouveaux cas identifiés chaque semaine, stabilité possiblement liée au couvre-feu à 18h depuis le 16 janvier 2021.

Pour renforcer la prévention, et même s’il est trop tôt pour voir son impact, l’AP-HP s’appuie sur la campagne de vaccination qui a déjà permis de vacciner plus de 18300 personnels soit environ 18 % du personnel, et les résidents des USLD et EPHAD que le souhaitaient. Cette campagne va pouvoir s’amplifier dans les semaines qui viennent.

Toutes les équipes de l’AP-HP sont mobilisées pour limiter les risques de transmission, notamment en veillant à l’application rigoureuse du port de masque et de l’hygiène des mains par toute personne au sein de l’hôpital, que ce soit par les personnels, les patients et les visiteurs.

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 8,3 millions de patients : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 100 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

Contacts presse :

Service de presse de l’AP-HP : - 01 40 27 37 22 - service.presse@aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Anne-Cécile Bard
Barnabé Chalmin
Jessica Djaba
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris