Menu
French English

L’AP-HP confirme le suicide d'un de ses agents dans les locaux de son service central de Santé au Travail

Publié le Communiqués de presse

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris confirme le suicide vendredi 2 mars 2018 d’un de ses agents dans les locaux du service Central de Santé au Travail (SCST) situés à l’Hôtel Dieu, AP-HP. En arrêt maladie depuis juillet 2017, cet agent avait rendez-vous avec une psychologue du service. Malgré l’intervention des équipes de l’Hôtel Dieu, la victime n’a pas pu être réanimée. La famille a été immédiatement prévenue. Une cellule de soutien psychologique a été mise en place et a accueilli les personnels qui le souhaitaient. Les services de police se sont immédiatement rendus sur place. L’AP-HP a présenté ses condoléances à la famille, aux proches et aux collègues de l’agent.

Mardi 27 février 2018 à la mi-journée, l’agent avait informé une organisation syndicale et un média de l’imminence d’un « événement tragique» la concernant « au siège » de l’AP-HP. Ce message d’alerte laissait présager un passage à l’acte après une première tentative de suicide et plusieurs passages en hôpital psychiatrique. Transmis le jour même à la DRH de l’AP-HP, elle a été prise très au sérieux par l’AP-HP et les organisations syndicales.

Plusieurs actions ont été entreprises par l’AP-HP :

  • Mardi 27 février, la direction des ressources humaines de l’AP-HP a rassemblé toutes les informations disponibles concernant le parcours administratif et la situation médicale de l’agent.
  • Mercredi 28 matin, l’hôpital Tenon, auquel était rattaché cet agent, a mené toutes les démarches afin de s’assurer d’une réelle prise en charge médicale et d’un soutien de la famille. Le jour même, deux assistantes sociales de l’hôpital Tenon – AP-HP ont effectué une visite au domicile de l’agent qui était absente. En interrogeant le voisinage, elles ont appris qu’elle était en province depuis quelques jours chez son père. Contacté, ce dernier n’a pas répondu. Toujours le mercredi 28, la « personne de confiance » de l’agent a été à plusieurs reprises en contact avec l’AP-HP et a indiqué qu’elle n’était jamais laissée seule ; elle était d’ailleurs accompagnée par une amie lors de son rendez-vous au service central de médecine du travail le vendredi 2 mars 2018.
  • Mercredi 28 février 2018, une procédure de DGI - Danger Grave et Imminent – déposée par des membres du CHSCT de l’hôpital Tenon – AP-HP est levée le jour même ; les mesures mises en œuvre par l’AP-HP ayant été jugées adaptées à la situation.
  • Le jeudi 1er mars au soir, la psychologue de la médecine du travail de l’AP-HP (contactée par l’agent en vue d’un rendez-vous), après un long échange, l’informe de l’ensemble des dispositifs de prise en charge et d’écoute existants près de son domicile. Il est convenu d’un rendez-vous pour organiser sa prise en charge dès le lendemain matin à 9h30 à son bureau situé à l’Hôtel-Dieu. Elle s’est assurée qu’elle était accompagnée.
  • L’agent s’est rendue à ce rendez-vous qui lui avait été proposé, avec une amie. C’est à ce moment que le drame s’est produit.

L’agent a occupé plusieurs postes  à l’AP-HP. En 2007, après avoir été recrutée en CDD de cinq mois à l’hôpital Trousseau, une 1ère mise en stage en vue d’une titularisation dans la fonction publique hospitalière, à l’AP-HP lui a été proposée.

En 2008, il a été mis fin à ce stage après passage devant la commission administrative paritaire.

En 2013, elle effectue un remplacement de six mois à l’hôpital Robert Debré.

Début 2016, après un CDD de près d’un an à l’hôpital Bicêtre, son CDD n’est pas renouvelé. Le jour où elle en est officiellement informée, elle commet une tentative de suicide dans son service. Cette tentative ne sera pas reconnue comme accident du travail par les organismes de sécurité sociale, car elle a été déclarée par l’agent bien au-delà du délai légal.

En mars 2017, une 2nde mise en stage lui a été proposée lors de son recrutement à l’hôpital Tenon où elle a travaillé cinq mois avant d’être placée en arrêt maladie.

Un CHSCT central extraordinaire se réunira jeudi 8 mars 2018 pour analyser les causes en toute transparence.

L’évaluation et la prévention des risques professionnels est une des priorités du projet Ressources Humaines du plan stratégique de l’AP-HP. L’AP-HP est engagée dans une démarche de prévention des risques psycho-sociaux depuis 2010, formalisée dans un plan d’actions de prévention dédié, actualisé et ajusté annuellement. A titre d’exemple, l’APHP a mis en place :

  • Demande de signalement des évènements graves concernant le personnel (2008).
  • Plan d’actions de prévention des RPS (2010).
  • Mise en place des comités AP-HP et locaux de prévention des RPS (2010).
  • Programme de sensibilisation et de formation au risque suicidaire (2013).
  • Référentiel d’indicateurs transversaux (2013).
  • Un guide de prévention de la violence rédigé en 2004 et actualisé en 2014.
  • Une cellule d’analyse et de prévention des suicides et tentatives de suicide (2014).

En 2015, l’APHP a complété son dispositif autour de 4 axes :

  • Sensibiliser et informer sur les RPS
  • Former les personnels avec un dispositif de type parcours de formation
  • Evaluer les RPS
  • Prévenir les RPS

Dans la continuité des travaux, l’APHP poursuit les orientations suivantes :

  • Mettre en place un dispositif d’alerte et d’écoute des personnels et de traitement des signalements.
  • Former l’encadrement de proximité au repérage d’une personne en souffrance pour briser l’isolement et permettre l’orientation vers un professionnel spécialisé. 
  • Systématiser l’analyse du contexte socio-professionnel suite à un évènement grave et dans le cadre de l’actualisation du Document Unique d’évaluation des risques professionnels avec un volet risques psychosociaux.
  • Ajuster les plans d’action de prévention.
  • Informer la communauté hospitalière sur le harcèlement sexuel et moral.
  • Former à la médiation professionnelle et la qualité relationnelle avec mise en place d’un dispositif internalisé. 
  • Favoriser le maintien et le retour en emploi.
  • Prévenir les addictions.

 

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes  malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 100 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachées de presse :

Juliette Hardy
Marine Leroy

Assistant :

Théodore Lopresti

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson