French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

L’AP-HP et le CEA : 30 ans de partenariat à l’hôpital Saint-Louis

Publié le Communiqués de presse

Le Service de Recherches en Hémato-Immunologie (SRHI) de l’hôpital Saint-Louis AP-HP dirigé par le Pr Edgardo D. Carosella, et créé par le CEA sous l’égide des Pr Jean Dausset, Jean Bernard et Maurice Tubiana, célèbre aujourd’hui ses 30 ans. Depuis 1991, le SRHI met ses compétences et son expertise sur HLA-G, molécule clé de la tolérance immunitaire, au profit de développements thérapeutiques pour la greffe et la cancérologie, illustration de l’apport du CEA pour l’innovation au service de la santé.

Un partenariat ancré dans le temps

Une relation forte lie l’hôpital Saint-Louis AP-HP et le CEA depuis plusieurs dizaines d’années. Le Pr Georges Mathé, le Pr Léon Schwartzenberg, le Pr Jean Dausset de l’hôpital Saint-Louis AP-HP et le Dr Henri Jammet du CEA, ont réalisé en 1958 la première greffe de moelle osseuse en Europe sur cinq physiciens yougoslaves irradiés accidentellement par une fuite d’un réacteur nucléaire. Quatre physiciens survécurent et ce succès a permis de généraliser cette thérapie pour ce type d’accident.

Des axes de recherche multiples

Dès 1992, le Pr Edgardo D. Carosella et l’équipe du SRHI nouvellement créée décrivent la molécule d’immunotolérance HLA-G et son rôle essentiel dans la tolérance foeto maternelle mais aussi dans le rejet des greffes de moelle et la progression des cellules cancéreuses. Cette démonstration est le point de départ de découvertes déterminantes sur le rôle de cette molécule dans le succès des greffes et la progression tumorale.

Le SRHI travaille donc sur l’utilisation de la molécule HLA-G dans le traitement du rejet du greffon et en cancérologie, sur l’étude de l’hétérogénéité cellulaire au sein de la même tumeur (phénotypique, génotypique, histologique et immunologique) ainsi que sur les checkpoints et leurs récepteurs exprimés par les cellules tumorales et immunes. Il s’agit de mieux combiner les traitements d’immunothérapie afin de cibler l’ensemble de la tumeur et ses métastases. C’est dans ce sens qu’un nouvel anticorps anticheckpoint anti HLA-G sera employé.

Le service étudie également les relations hôte-tumeur dans les cancers de la vessie et du rein. Le but était initialement de comprendre pourquoi un patient récidivait et pas un autre alors que les caractéristiques des leurs tumeurs elles-mêmes n’étaient pas différentes. Ces travaux ont abouti à la découverte d’un seuil d’une sous-population lymphocytaire prédictive de la récidive. Le taux de celle-ci permet aujourd’hui d’adapter la surveillance du patient en fonction de son risque individuel de récidive.

Il travaille également la radiosensibilité tumorale et individuelle et l’association de la radiothérapie avec l’immunothérapie (des anticorps anti checkpoint et anti HLA-G) en particulier l’effet abscopal. Cette étude a des implications cliniques très importantes dans la personnalisation de la radio et immunothérapie.

Le SRHI est renforcé par son association avec le Service d’Etude des Prions et des infections Atypiques (SEPIA) dirigé par le Dr Jean-Philippe Deslys, avec lequel il développe un nouvel axe de recherche sur les organoïdes dans la perspective de parvenir à une médecine personnalisée dans le traitement du cancer, particulièrement dans l'utilisation des immunothérapies.

Il développe également un anticorps monoclonal anticheckpoint, HLA-G à usage thérapeutique qui pourrait faire partie des nouvelles stratégies des CAR-NK dans le traitement des tumeurs solides. Les cellules mesenchymateuses exprimant HLA-G pourraient être utilisées dans le cadre de la transplantation pour la tolérance des greffes, comme les mRNA codant la protéine HLA-G dans le cadre des individus transplantés.

Des collaborations multiples

Le SRHI est constitué de quatre laboratoires de recherche et d’une unité clinique translationnelle. Cette unité, dirigée par le Pr François Desgrandchamps est constituée de plusieurs services de l’hôpital Saint-Louis AP-HP : le service d’oncologie médicale du Pr Stéphane Culine, le service d’anatomo-pathologie avec le Dr Jérôme Verine, le service de radiologie interventionnelle du Pr Eric de Kerviler ainsi que le service de radiothérapie de l’hôpital Saint-Antoine AP-HP du Pr Christophe Hennequin. 40 professionnels dont des internes, des étudiants et des post-docs, ainsi que des ingénieurs, des médecins, des pharmaciens et techniciens travaillent avec le service.

Le SRHI collabore avec d’autres services de l’AP-HP notamment au sein de l’hôpital Kremlin Bicêtre, de l’hôpital Européen Georges Pompidou, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, et de l’hôpital Antoine-Béclère. Hors AP-HP, l’hôpital Foch et Gustave Roussy sont également partenaires du SRHI.

 

Le Service de Recherches en Hémato-Immunologie en chiffres :

Près de 400 articles publiés depuis sa création et 30 ouvrages.

20 brevets déposés, dont l’un lauréat en 2017 du prix Apinnov de l’AP-HP pour le brevet le plus innovant de l’année : dosage de marqueurs sanguins de HLA-G pour un suivi individuel du risque de récidive de cancers du rein et de la vessie.

14 prix scientifiques internationaux : Prix Blaise Pascal, Grand prix de l’Académie des sciences, Prix international d’hématologie, Merit Award of 13th International Congress of Histocompatibility and Immunogenetics, Prix of the European Group for Blood and Marrow Transplantation.

2 start-up créées pour la production de HLA-G et celle d’anticorps anti HLA-G thérapeutiques en transplantation et oncologie : en 1998, HLA-G Technologies et en 2015, Immunovadis.

A propos du CEA : Le CEA est un acteur majeur de la recherche, au service de l’État, de l’économie et des citoyens. Il apporte des solutions concrètes à leurs besoins dans quatre domaines principaux : transition énergétique, transition numérique, technologies pour la médecine du futur, défense et sécurité. Le CEA exerce ses activités de recherche fondamentale dans les domaines des biotechnologies et de la santé, des sciences de la matière et de l’Univers, de la physique et des nanosciences. Elle place au coeur de ses objectifs la production et la publication de connaissances et de savoir-faire au meilleur niveau mondial. En 2020, près de 4 500 publications scientifiques, dont les trois-quarts issues de collaborations internationales, ont été signées par les chercheurs du CEA. Ces connaissances constituent également des sources indispensables pour les autres missions du CEA. Plus particulièrement, les technologies pour la médecine du future constituent l’une des orientations stratégiques du CEA, avec des axes fédérateurs autour de l’imagerie médicale et du développement d’outils associés, des technologies et outils pour la prévention primaire et le diagnostic, des innovations thérapeutiques et technologies associées et de l’analyse à grande échelle, ainsi que des enjeux pour favoriser et accompagner l’innovation en santé autour de l’organisation et la promotion du développement de méthodes numériques en santé, le développement et le déploiement de dispositifs médicaux visant les usages de la convergence entre micronanotechnologies et biotechnologies et le renforcement de l’intégration de l’innovation en milieu hospitalier.
À propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année plus de 10 000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Laure Delignières
Guy-Arnaud Behiri


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris