French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Projet DECISION – 21 institutions européennes unissent leurs forces pour lutter contre les maladies du foie en phase terminale grâce à une approche de médecine systémique.

Publié le Communiqués de presse
  • Malgré un large éventail d’interventions et de médicaments disponibles, plus d’un million de personnes meurent d’une maladie chronique du foie (cirrhose) chaque année dans le monde, lorsque celle-ci évolue vers une forme dite « décompensée » et que des complications aiguës surviennent, un état dans lequel les dommages causés au foie induisent la défaillance d’autres organes (Acute-on-Chronic Liver Failure – ACLF).
  • Suite à une décompensation aiguë de la cirrhose, 14% des patients meurent dans les 3 mois. Les raisons pour lesquelles certains patients meurent et d’autres survivent sont inconnues, mais de fortes différences entre les patients quant à leurs caractéristiques génétiques, leurs antécédents médicaux, les événements déclencheurs, la présentation clinique, et la réponse aux traitements sont suspectées.
  • Ces différences individuelles appellent des traitements personnalisés pour chaque malade, fondés sur une compréhension précise des mécanismes sous-jacents. La médecine de système et des technologies à haut débit permettent aujourd’hui une analyse, une intégration et une modélisation prédictive très efficaces des données de chaque individu, ouvrant la voie à l’identification de traitements plus adaptés et personnalisés à chaque patient.
  • Au cours des 5,5 prochaines années, le consortium de recherche DECISION intégrera les données cliniques et les résultats d’analyses fines d’échantillons biologiques, déjà collectés chez 2 200 patients atteints de cirrhose pour identifier de nouvelles combinaisons de traitements existant. Ces combinaisons de traitements seront validées sur des modèles animaux, puis les plus prometteuses seront testées dans un essai clinique.
  • L’objectif global du projet DECISION est de prévenir la dysfonction d’organe associée à la décompensation aiguë de cirrhose (ACLF) et ainsi de réduire significativement la mortalité des patients atteints de cirrhose décompensée. Le projet bénéficie d’un financement de 6 millions d’euros de la Commission européenne.

Pourquoi la cirrhose décompensée est-elle mortelle ?

Les maladies du foie chroniques en phase terminale (cirrhose) sont une cause majeure de morbidité et de mortalité, et ont un impact socio-économique important en raison du coût élevé des soins et de l’incapacité des patients à travailler ou à chercher un emploi. Les patients développent des symptômes, et finissent par mourir d’une cirrhose lorsque leur organisme ne peut plus compenser le mauvais fonctionnement de leur foie. C’est pourquoi on parle de cirrhose décompensée (par opposition à compensée). La cirrhose décompensée se définit par une accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite), une altération des fonctions cérébrales (encéphalopathie hépatique) et souvent aussi des saignements dans le tube digestif (hémorragies gastro-intestinales). Elle finit par évoluer vers une ACLF (dysfonction d’autres organes que le foie) et la mort.

Malgré l'existence de multiples traitements pour la cirrhose décompensée, tels que l'albumine, les antibiotiques, agents antiviraux, anticoagulants, bêtabloquants, diurétiques, laxatifs, inhibiteurs de la pompe à protons, statines, corticoïdes et vasoconstricteurs, 5 % des patients meurent à 1 mois, et 14 % à 3 mois de leur admission en hospitalisation. Les chercheurs soupçonnent que les différences individuelles entre les patients en ce qui concerne leur patrimoine génétique, les événements déclencheurs et la réponse au traitement pourraient expliquer ce taux de mortalité élevé. Cette hétérogénéité d’évolution appelle une meilleure prédiction de l’évolution des malades et une personnalisation des traitements en fonction des mécanismes biologiques sous-jacents.

Comment les patients atteints de cirrhose bénéficieront ils de DECISION?

Après avoir identifié de nouvelles combinaisons de traitement prometteuses grâce à l'analyse de données et à des modélisations mathématiques in silico, les chercheurs de DECISION vont d'abord affiner et optimiser ces combinaisons de traitement dans des modèles animaux. Par la suite, la combinaison de traitement sera testée chez des malades atteints de cirrhose dans le cadre d'un essai clinique de phase II. En outre, le consortium DECISION développera deux nouveaux tests pour aider les hépatologues dans leur prise de décision clinique quotidienne : l'un pour prédire de manière fiable la réponse thérapeutique chez les patients atteints de cirrhose décompensée lorsqu'ils sont traités avec le traitement habituel (test pronostic), l'autre pour identifier les patients qui répondront le mieux à la nouvelle thérapie combinatoire (test de prédiction de la réponse). Ainsi, les patients participant à ces études cliniques pourront bénéficier directement du projet DECISION, tandis que les futurs patients atteints de cirrhose pourront bénéficier de la nouvelle combinaison de traitement et des recommandations cliniques améliorées découlant des résultats du projet. 

Qui sont les partenaires du consortium de recherche DECISION ?

Le Professeur Pierre-Emmanuel Rautou, professeur d’hépatologie à l’Université de Paris (AP-HP et Institut national de la santé et de la recherche médicale, INSERM) et membre de la « European Foundation for The Study of Chronic Liver Failure (EFCLIF, Barcelone), dirige et coordonne DECISION. Les 21 institutions qui collaborent à ce projet multi-centrique sont réparties dans toute l’Europe et comprennent des hépatologues, des biologistes moléculaires, des spécialistes de la médecine de système et des associations de patients. L’équipe pluridisciplinaire s’efforce de promouvoir une large diffusion des résultats scientifiques et d’améliorer les recommandations cliniques :

  1. Alma Mater Studiorum – Universita di Bologna (UNIBO), Italy
  2. Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP) et Université de Paris, France
  3. Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA), France
  4. concentris research management GmbH (concentris), Germany
  5. Erasmus Universitair Medisch Centrum Rotterdam (EMC), Netherlands
  6. European Association for the Study of the Liver (EASL), Switzerland
  7. European Foundation for the Study of Chronic Liver Failure (EFCLIF), Spain
  8. European Liver Patients Association (ELPA), Belgium
  9. Fundació Clínic per a la Recerca Biomèdica (FCRB), Spain
  10. Fundacion Publica Miguel Servet (NBM-FSM), Spain
  11. Institut Catala de la Salut (ICS-HUVH), Spain
  12. Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), France
  13. Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt Am Main (GUF), Germany
  14. Nordic Bioscience A/S (NordicBio), Denmark
  15. Servicio Madrileno de Salud (SERMAS), Spain
  16. Universita degli Studi di Padova (UNIPD), Italy
  17. Universita degli Studi di Torino (UNITO), Italy
  18. Universitätsklinikum Aaachen (UKA), Germany
  19. Universitat de Barcelona (UB), Spain
  20. University College London (UCL), United Kingdom
  21. YH YouHealth AB (YouHealth), Sweden

Légende: La European Foundation for the Study of Chronic Liver Failure (EFCLIF, en rouge) coordonne « DECISION », un projet de recherche de 5,5 ans financé par Horizon 2020 avec 21 partenaires à travers l’Europe.

 

Contacts
Prof. Pierre-Emmanuel Rautou       
Coordonnateur DECISION                 
pierre-emmanuel.rautou@inserm.fr  
+ 33 (0) 1 40 87 52 83                        
Dr. Nina Donner 
Diffusion 
nina.donner@concentris.de
+49 (0) 8141 6252 8584
Dr. Mary Gazea
Chef de projet
mary.gazea@concentris.de
+49 (0) 8141 6252 8578

Financement

Ce projet est financé par le programme de l’Union Européenne Recherche et Innovation Horizon 2020 sous le numéro de convention de subvention 847949. Ce communiqué de presse ne reflète que l’opinion de ou des auteurs (coordonnateur scientifique, personnes contacts et traducteur), et la Commission européenne n’est aps responsable de l’utilisation qui pourrait être faite des information qu’il contient. La reproduction est autorisée à condi

Le CEA est un organisme public de recherche français, travaillant dans quatre domaines principaux : transition énergétique (nucléaire et renouvelable), transformation numérique pour l'industrie, biotechnologies et santé, défense et sécurité. S'appuyant sur une recherche fondamentale d’excellence, le CEA participe à l'organisation de projets de coopération avec un large éventail de partenaires académiques et industriels. Il exerce également des missions souveraines qui lui sont confiées par l'État français. Le CEA est le seul organisme de recherche français au Top 100 mondial des acteurs de l’innovation selon le classement Clarivate (2018). Il est également le 1er organisme de recherche déposant de brevets en France et en Europe. Avec ses 20 000 collaborateurs et ses centres de recherche équipés de très grandes infrastructures, le CEA est un acteur majeur de la recherche européenne et renforce sa présence à l’international où il accompagne notamment le déploiement des entreprises françaises innovantes. Pour en savoir plus : http://www.cea.fr/

 

A propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ;  AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr
À propos d’Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, Université de Paris se hisse au niveau des établissements français et internationaux les plus prestigieux grâce à sa recherche de très haut niveau, ses formations supérieures d’excellence, son soutien à l’innovation et sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris compte 61 000 étudiants, 4 500 enseignants-chercheurs, 22 écoles doctorales et 142 laboratoires de recherche. Visiter u-paris.fr.

Contacts presse :
Service de presse de l’AP-HP : Eléonore Duveau & Anne-Cécile Bard - 01 40 27 30 00 - service.presse@aphp.fr

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Guy-Arnaud Behiri
Mathilde Capy


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris