French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Une nouvelle forme d’immunothérapie dans les maladies lymphoprolifératives liées au virus EBV : le tabelecleucel, une thérapie cellulaire innovante utilisant des lymphocytes T anti EBV

Publié le Communiqués de presse

Les maladies lymphoprolifératives liées au virus EBV, rares, sont généralement agressives et sans traitement ayant démontré une efficacité significative en deuxième ligne. Cette année, le Dr Sylvain Choquet qui dirige le service d’hématologie de l’hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP, présente une première cohorte de 15 patients atteints d’un lymphome EBV+ ayant reçu un nouveau traitement, le tabelecleucel. Il s’agit d’une thérapie cellulaire à base de lymphocytes T anti EBV développée actuellement dans deux essais cliniques, chez des patients en situation de post greffe (greffe de cellules souches hématopoïétiques, greffes d’organes solides) et dans d’autres lymphomes EBV+ plus rares. 

Les patients compatibles mais ne pouvant participer à ces essais cliniques ont pu malgré tout bénéficier de ce traitement dans le cadre d’un programme à usage compassionnel. Les résultats de cette troisième cohorte, communiqués cette année au congrès de l’ASCO, concernent la population des patients atteints d’un lymphome EBV+ après une allogreffe de cellules hématopoïétiques ou après une greffe d’organe solide. Avec un taux de réponse globale de 60% dont 6/15 réponses complètes, ces données suggèrent une efficacité prometteuse de cette approche. Par ailleurs, le profil de tolérance est excellent puisqu’aucun évènement indésirable n’a été rapporté dans cette série.

 

Le tabelecleucel : une nouvelle thérapie cellulaire dans les lymphomes liés à l’EBV

Les maladies lymphoprolifératives liées au virus EBV survenant chez les patients ayant bénéficié d’une allogreffe de celles souches hématopoïétiques ou d’une greffe d’organe solide et chez les patients immunodéprimés (VIH par exemple) sont des pathologies malignes rares et agressives pour lesquelles il existe peu d’alternative thérapeutique en traitement de 2ème ligne.

Le tabelecleucel est une nouvelle thérapie cellulaire qui utilise des lymphocytes anti EBV et qui est développé dans les lymphomes EBV+ post transplantation (allogreffe de cellules souches et transplantation d’organe solide) et dans les lymphomes survenant chez des patients immunodéprimés. Après plusieurs années d’expérience avec les cellules T anti EBV, le tabelecleucel présente plusieurs avantages : 

  • Le tabelecleucel est administré à raison de 3 injections avec 1 injection par semaine sur une période de 3 semaines, et une évaluation de la réponse au traitement est réalisée au cours de la 4ème semaine. Un nouveau traitement avec 3 nouvelles injections peut être envisagé chez les patients en réponse ou avec une maladie stable.
  • Et en cas d’échec au traitement, s’il existe plusieurs donneurs compatibles, il est possible d’envisager un nouveau cycle de traitement avec un autre donneur : jusqu’à 4 donneurs pour les patients allogreffés de cellules souches et jusqu’à 2 donneurs pour les patients ayant bénéficié d’une greffe d’organe solide.

 

Le tabeleceucel, plusieurs essais cliniques en cours : vers une demande d’une Autorisation de Mise sur le Marché » (AMM)

Deux essais cliniques évaluant le tabelecleucel sont en cours, mis en place avec l’objectif d’aboutir à une AMM et que tous les patients concernés puissent bénéficier de cette approche thérapeutique. 

  • Une étude est menée chez les patients atteints d’une maladie lymphoproliférative EBV+ après allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ou greffes d’organe solide
  • Et une deuxième étude inclut des patients porteurs de formes plus complexes de maladies lymphoprolifératives EBV+, comme les lymphomes liés au VIH, les lymphomes cérébraux ou encore des lymphomes survenant dans des contextes de déficits immunitaires primitifs.

 

Des premiers résultats encourageants chez les patients greffés

Les résultats présentés cette année à l’ASCO concernent une troisième cohorte dans laquelle les patients qui ne remplissaient pas les critères d’inclusion de ces deux études, ont pu recevoir le traitement par tabelecleucel dans le cadre d’un programme d’usage compassionnel.

Ce poster rapporte les données obtenues chez 15 patients greffés, 4 patients après une greffe de cellules souches hématopoïétiques et 11 patients après une greffe d’organe solide.

  • Le taux de réponse objective était de 60% (9/15) dont 6 réponses complètes et 3 réponses partielles, et 8/9 réponses ont été observées dès le 1er cycle de traitement.
  • Le taux de réponse objective semble plus élevé dans la population des patients allogreffés avec 75% de réponses complètes. Chez les patients en situation de post greffe d’organe solide, le taux de réponse complète était de 28% et le taux de réponse partielle de 28%.
  • Dans cette série, aucun évènement indésirable n’a été rapporté, la tolérance au traitement était excellente. 

 

Références

Poster Session à l’ASCO le samedi 4 Juin, accessible en ligne à partir de 15h, heure de Paris. Choquet S, Uttenthal B, Chaganti S et al. Demographics and Treatment outcomes in patients with EBV+ PTLD treated with off-the-shelf EBV-specific CTL (tabelecleucel) under and ongoing expanded access program in Europe: first results. ASCO 2022; abst 7530.

 

À propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 38 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université Paris Cité ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université Paris Cité ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte quatre instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE, FOReSIGHT) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année plus de10000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP qui agit en lien direct avec les soignants afin de soutenir l’organisation des soins, le personnel hospitalier et la recherche au sein de l’AP–HP. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Guy-Arnaud Behiri
Mathilde Capy


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris