French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

ASCO - Traitement de 1ère ligne du mélanome métastatique : des posologies différentes pour l’association ipilimumab-nivolumab

Publié le Communiqués de presse

L’étude CheckMate-511 est une étude internationale à laquelle l’équipe du Pr Céleste Lebbé du service d’oncodermatologie de l’hôpital Saint-Louis, AP-HP, a participé, dont l’objectif était d’évaluer l’intérêt de l’association Ipilimumab-Nivolumab à des posologies différentes de celles utilisées actuellement en traitement de 1ère ligne chez des patients atteintes d’un mélanome avancé, non résécable, de stade III ou IV. Les résultats rapportent une toxicité moindre dans le groupe expérimental (Ipi1Nivo3) que dans le groupe contrôle (Ipi3Nivo1) et des données d’efficacité numériquement comparables.

Ces données font l’objet d’une présentation à la Poster Session, le vendredi 4 juin à 15h (heure de Paris).

Rappel du contexte 

L’association de deux modalités de traitement d’immunothérapie, l’ipilimumab (inhibiteur de CTLA-4) et le nivolumab (inhibiteur de PD-1) est devenue le traitement de référence de 1ère ligne des patients atteints d’un mélanome non résécable, de stade III ou IV, à la posologie de 3 mg/kg pour l’ipilimumab et de 1 mg/kg pour le nivolumab. L’essai CheckMate 511 a été initié afin d’évaluer les effets et notamment la tolérance de cette association avec des posologies différentes d’ipilimumab et de nivolumab.

Résultats de l’étude 

CheckMate-511 est un essai de phase IIIb mené en double aveugle dans lequel les patients atteints d’un mélanome avancé, de stade III ou IV, non résécable, ont été randomisés et traités en 1ère ligne soit par l’association, ipilimumab 1 mg/kg - Nivolumab 3 mg/Kg (Ipi1Nivo3) toutes les 3 semaines (4 doses), soit par le traitement standard, ipilimumab 3 mg/kg – nivolumab 1 mg/kg (4 doses). Un traitement d’entretien par nivolumab (480 mg toutes les 4 semaines) pouvait être poursuivi en fonction de la réponse et de la tolérance pendant un maximum de 24 mois. L’objectif principal était l’incidence des évènements indésirables de grade 3 à 5, et cette étude n’a pas été construite pour démontrer une non infériorité des effets entre les deux groupes de traitement.

Au total, 358 patients ont été inclus et les caractéristiques des deux groupes de traitement étaient homogènes à l’inclusion. Certaines populations de patients décrites comme moins sensibles à l’immunothérapie, comme les patients porteurs de métastases cérébrales ou atteints de mélanome muqueux, n’étaient pas ou peu représentées dans cette étude (métastases cérébrales, mélanomes muqueux).

Les résultats actualisés de cette étude rapportent une moindre toxicité dans le groupe expérimental (Ipi1Nivo3) avec une incidence des évènements indésirables de grade 3 à 5 de 34% versus 48% dans le groupe contrôle et une différence très significative entre les deux groupes de traitement (p=0,0059). Les taux d’arrêts de traitement (24% vs 34%) et l‘incidence des évènements indésirables de grade 3 ou 4 (33% vs 48%) sont aussi moins élevés dans le groupe traité par Ipi1Nivo3 que dans le groupe traité par Ipi3Nivo1. 

Les données d’efficacité sont comparables avec des taux de réponse objective de 47,2% (Ipi1Nivo3) et de 52,8% (Ipi3Nivo1) et des durées médianes de réponse toujours non atteintes au moment de l’analyse des données.

  • Les médianes de survie sans progression sont de 10,2 et 10 mois dans les groupes Ipi1Nivo3 et Ipi3Nivo1 respectivement et les taux de survie sans progression à 3 ans étaient de 38% (Ipi1Nivo3) versus 43% (Ipi3Nivo1).
  • Alors que les médianes de survie globale n’étaient toujours pas atteintes, les taux de survie globale à 3 ans étaient de 59 et 61% dans les groupes Ipi1Nivo3 et Ipi3Nivo1 respectivement.

Après 3 ans de suivi, 74 et 77% des patients traités par Ipi1Nivo3 ou Ipi3Nivo1 ne recevaient plus aucun traitement antitumoral, avec des durées médianes sans traitement de 21,1 et 22,6 mois (IPI1Nivo3 et Ipi3Nivo1).

Conclusion

Ces données confirment que l’association ipilimumab-nivolumab avec des posologies de 1mg/kg d’ipilimumab et de 3mg/kg de nivolumab induit moins de toxicité que l’association Ipi3Nivo1 avec des données numériques d’efficacité qui semblent comparables, et ceci a été observée dans la majorité des sous-groupes étudiés.

Retrouvez en vidéo les explications du Pr Celeste Lebbe

Références

Abstract No : 9516

https://meetinglibrary.asco.org/record/195990/abstract

 

Celeste Lebbe, Nicolas Meyer, Laurent Mortier et al. Two dosing regimens of nivolumab (NIVO) plus ipilimumab (IPI) for advanced (adv) melanoma: Three-year results of CheckMate 511. ASCO 2021; abst 9516

 

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 8.3 millions de personnes  malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr   

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Barnabé Chalmin
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris