Menu
French English

Des innovations dans les prises en charge

Mis à jour le . Signaler ce contenu

Corps de texte

Premières en chirurgie ambulatoire

Les équipes de l’AP-HP développent et proposent des prises en charge en ambulatoire innovantes, à l’origine de plusieurs « premières » en chirurgie dans ses hôpitaux :

En 2016, dans la prise en charge du cancer, le service de chirurgie et de cancérologie gynécologique et mammaire de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a réalisé pour la première fois à l’AP-HP (et l’une des premières fois en France) une hystérectomie (retrait chirurgical de l’utérus) chez une patiente atteinte d’un cancer de l’endomètre, avec procédure du ganglion sentinelle par voie robot-assistée.

 

En 2016, les équipes de chirurgie orthopédique et traumatologique et d’anesthésie-réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré ont effectué pour la première fois à l’AP-HP une pose totale de cheville.

 

En 2017, le service de chirurgie digestive et hépato-bilio-pancréatique de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière a réalisé pour la première fois à l’AP-HP une colectomie gauche (ablation d’une partie du côlon) par coelioscopie en ambulatoire pour une pathologie bénigne.

 

En orthopédie, en 2017, après les hôpitaux Cochin et Ambroise-Paré, les équipes de chirurgie orthopédique et traumatologique de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ont posé une première prothèse totale de hanche.

La même année, les équipes de chirurgie orthopédique et d’anesthésie de l’hôpital Ambroise-Paré ont également réalisé une première pose de prothèse unicompartimentale du genou chez un patient âgé de 77 ans.

 

Réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC)

La réhabilitation améliorée ou récupération améliorée après chirurgie  (RAAC) est une approche multidisciplinaire de prise en charge du patient favorisant le rétablissement précoce de ses capacités après la chirurgie.

La mise en œuvre de mesures de réhabilitation améliorée avant, pendant et après l'acte chirurgical permet au patient de bénéficier d’une hospitalisation plus confortable (limitation des sondes gastriques, préférence pour la voie mini-invasive, réduction de la durée du jeûne, reprise rapide de l’alimentation,…) et plus courte pour les enfants et leur famille, tout en réduisant les complications post-opératoires. 

A voir aussi