French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Lancement de la phase clinique du projet européen ImmunAID sur l’identification de biomarqueurs pour faciliter le diagnostic des maladies auto-inflammatoires systémiques

Mis à jour le . Signaler ce contenu
ImmuAID
ImmunAID -
ImmunAID
L’AP-HP fait partie du large consortium international de 24 partenaires répartis sur 12 pays participant au Projet Européen ImmunAID, promu par l’Inserm pour l’ensemble des centres français et étrangers, un projet de recherche doté de 15,8 millions d’euros. Les maladies auto-inflammatoires systémiques (MAIS) sont un ensemble complexe et mal connu de maladies rares, caractérisé par une forte inflammation causée par la dérégulation de l’immunité innée. Du fait des nombreux symptômes non spécifiques et de la complexité de ces maladies, il existe un délai de plusieurs semaines à plusieurs mois pour établir le diagnostic de ces maladies et un patient reçoit en moyenne jusqu’à 5 traitements inadéquats ou inefficaces avant que le bon diagnostic ne soit posé et le traitement approprié institué. La difficulté à identifier les MAIS conduit à une errance médicale qui impacte lourdement la qualité de vie des patients et parfois également le pronostic de leur maladie.

Ce projet est piloté par le Pr. Vassili SOUMELIS, du service d'immunologie et histocompatibilité de l’hôpital Saint-Louis AP-HP, en charge de l’équipe "immunologie systémique humaine et réseaux inflammatoires" (Université de Paris / Inserm U976) pour la partie fondamentale et par le Pr. Bruno Fautrel, chef du service de rhumatologie de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, de Sorbonne Université et de l’Inserm (UMRS 1136), en charge de la coordination du réseau de recherche clinique CRI-IMIDIATE (FCRIN / Inserm / AP-HP) pour la partie clinique.

La phase clinique du projet ImmunAID a été lancée le 25 novembre 2019 à l’AP-HP avec l’ouverture des deux premiers centres de recrutement de patients à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP. L’ouverture des autres centres dans les hôpitaux Necker-Enfants malades, Saint-Louis, Tenon et Bicêtre aura lieu dès le début 2020.

L’objectif de ce projet majeur, qui durera cinq ans, est d’identifier un ensemble de biomarqueurs permettant de caractériser une authentique « signature auto-inflammatoire » pour pouvoir poser rapidement le diagnostic de MAIS et élaborer un algorithme de décision clinique pour définir la meilleure stratégie de prise en charge des patients.

Avec la constitution d’une cohorte européenne de patients atteints de maladies auto-inflammatoires systémiques rares, la collecte d’échantillons et de données cliniques, le projet ImmunAID allie les technologies « omiques » aux méthodes de « machine learning » afin d’identifier des mécanismes pathogéniques communs au sein de l’entité hétérogène des MAIS.

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris