Menu
French English

Développement d’un nouveau score de prédiction du risque de mort subite par trouble du rythme cardiaque dans une maladie génétique rare

Publié le Communiqués de presse

Une équipe du centre de référence de prise en charge de l’atteinte cardiaque des maladies musculaires, de l’Université de Paris, et de l’unité Inserm 970 « Paris Cardiovascular Research Centre », pilotée par le Dr Karim Wahbi au sein du service de cardiologie de l’hôpital Cochin AP-HP dirigé par le Pr Denis Duboc, a mis au point un score de prédiction du risque de mort subite par trouble du rythme cardiaque dans les laminopathies, une maladie génétique rare qui expose particulièrement à ce risque.

Ces travaux, soutenus par l’AFM-Téléthon, ont été publiés dans la revue Circulation le 03 juin 2019.

Les laminopathies sont des maladies génétiques rares dues à une mutation sur le gène des lamines A/C connues pour leur rôle dans le maintien structural de l'enveloppe entourant le noyau des cellules. Une anomalie des lamines, et donc de l’enveloppe nucléaire, perturbe le fonctionnement normal des cellules. Les laminopathies, très diverses, peuvent toucher de nombreux tissus, comme le tissu cardiaque.

Il était jusqu’à maintenant difficile d’identifier le sous-groupe de patients le plus exposé et le plus à même de bénéficier d’un défibrillateur implantable préventif. Une estimation précise chez les patients atteints de laminopathies du risque de mort subite par tachyarythmie ventriculaire est donc cruciale pour sélectionner les patients éligibles à l’implantation d’un défibrillateur automatique.

Une équipe du centre de référence de prise en charge de l’atteinte cardiaque des maladies musculaires, de l’Université de Paris et de l’unité Inserm 970 « Paris Cardiovascular Research Centre », pilotée par le Dr Karim Wahbi au sein du service de cardiologie de l’hôpital Cochin AP-HP dirigé par le Pr Denis Duboc, a piloté une étude multicentrique et internationale qui a inclus 839 patients adultes atteints de laminopathies, dont 660 provenant d’un registre français, et 179 d’autres pays.

L’équipe française a inclus 444 patients âgés en moyenne de 40,6 ans dans la cohorte de dérivation qui permet l’établissement de ce score de prédiction. Elle a inclus 145 patients âgés en moyenne de 38,2 ans dans la cohorte de validation qui permet de confirmer sa pertinence. Sur un suivi moyen de 4,4 ans, 20% des patients ont présenté un trouble du rythme ventriculaire.

Les éléments prédictifs, qui constituent ce score, sont le sexe masculin, l’existence d’une mutation autre que faux sens, un trouble de conduction auriculoventriculaire du premier et de plus haut degré, un trouble du rythme ventriculaire non soutenu documenté et le degré de fonction du ventriculaire gauche.

Les résultats de cette étude mettent en évidence une forte proportion de patients qui peuvent présenter une mort subite par trouble du rythme ventriculaire. La mise au point de ce score permet de mieux identifier les patients éligibles à l’implantation d’un défibrillateur automatique afin de prévenir la mort subite par arrêt cardiaque.

Ces travaux représentent un réel progrès dans la prise en charge clinique de cette pathologie génétique.

Source : Development and Validation of a New Risk Prediction Score for Life-Threatening Ventricular Tachyarrhythmias in Laminopathies

https://doi.org/10.1161/CIRCULATIONAHA.118.039410

A propos de l’AP-HP : L’AP-HP est le premier centre hospitalier universitaire d’Europe, organisé autour des 7 Universités de Paris et de la région Ile-de-France. Elle est étroitement liée à tous les grands organismes de recherche (CNRS, INSERM, CEA, INRA, Institut Pasteur, etc.) dans le cadre d’unités mixtes de recherche de ses 10 groupes hospitaliers. Elle compte trois Instituts Hospitalo-Universitaires d’envergure mondiale. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, le CHU de Paris a créé un maillage de structures d’appui à l’organisation de la recherche et à l’investigation : 14 unités de recherche clinique, 17 centres d’investigation clinique, 4 centres de recherche clinique et 2 centres pour les essais précoces, 12 plateformes de collections biologiques, 2 sites intégrés de recherche sur le cancer, un entrepôt de données de santé recueillant les données de soins des 8 millions de patients vus chaque année. Les chercheurs de l’AP-HP signent annuellement près de 10 000 publications scientifiques et plus de 4 450 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, à promotion académique ou industrielle, nationaux, européens et internationaux. Détentrice d’un portefeuille de plus de 500 brevets, de bases de données et de matériels biologiques uniques, l’AP-HP valorise les travaux de recherche remarquables des biologistes et cliniciens chercheurs de ses hôpitaux. Près de la moitié des innovations brevetées sont licenciées à des entreprises du monde entier et sont à l’origine de la création de près de 60 jeunes entreprises.  http://www.aphp.fr   

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachée de presse :

Éléonore Duveau

Assistant :

Théodore Lopresti

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson