French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Etude SEVARVIR : caractéristiques des malades atteints de COVID-19 hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs, comparatif des infections par variant Delta et Omicron

Publié le Communiqués de presse

Les équipes des services de Médecine intensive-réanimation et de Bactériologie-virologie de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP, de l’Inserm et d’Université Paris-Est-Créteil, coordonnées par le Pr Nicolas de Prost et le Pr Slim Fourati, ont étudié les caractéristiques cliniques et virologiques associées à la gravité de l’infection Omicron chez les patients hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs, par rapport à l’infection Delta.

Les résultats de l’étude SEVARVIR, financée par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes grâce au soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le cadre du consortium EMERGEN1  et promue par l’AP-HP ont été publiés le 12 octobre 2022 dans la revue Nature Communications.

La Covid-19 est une maladie infectieuse due au coronavirus SARS-CoV-2, apparue en 2019 et responsable d’une pandémie de grande ampleur. Après la découverte de la maladie chez l’homme, la France a mis en place une surveillance active de l’émergence et de la circulation des variants du virus, accompagnée de programmes de recherche, au sein d’EMERGEN, coordonné par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes et Santé publique France. Ainsi, de nouveaux variants ont pu être détectés, dont Delta et Omicron, et des études lancées pour répondre aux questions scientifiques qui s’y rapportaient.

L’infection par le variant Omicron du SARS-CoV-2 et ses sous-linéages est considérée comme moins grave que l’infection par les variants pré-existants, en particulier le variant Delta.

L’objectif de cette étude était de définir les caractéristiques des différents phénotypes des patients infectés selon les variants Omicron et Delta ayant présenté des cas sévères.

L’équipe de recherche a analysé les caractéristiques cliniques et virologiques selon les données de 20 services de réanimation en France, pour 377 patients admis entre décembre 2021 et mai 2022 pour une infection sévère à SARS-CoV-2.

Après séquençage, 259 patients ont ainsi été inclus dans l’étude,148 infectés par le variant Omicron et 111 par le variant Delta.

Les résultats de cette étude montrent que, parmi les personnes ayant eu une forme sévère de la maladie, le phénotype clinique des patients infectés par Omicron diffère de celui des patients infectés par Delta.

La part de patient immunodéprimés infectés par le variant Omicron était trois fois supérieure à celle des patients infectés par le variant Delta : 43% des patients infectés par Omicron étaient immunodéprimés contre 13% des patients infectés par Delta.

Parmi les patients infectés par Omicron, 85,9% avaient reçu deux doses de vaccin ou plus mais affichaient une mauvaise réponse humorale à la vaccination.  

Parmi les patients infectés par Omicron, le taux de mortalité des patients immunodéprimés était significativement plus élevé (47%) que celui des patients immunocompétents2.

Par rapport aux patients infectés par le variant Delta, ceux infectés par le variant Omicron étaient plus âgés et présentaient des comorbidités significativement plus fréquentes, notamment une hypertension, une insuffisance respiratoire chronique et une insuffisance rénale chronique, ainsi qu’un score sur l’échelle de fragilité clinique plus élevé.

En conclusion, le phénotype clinique des malades atteints de COVID-19 hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs était différent en fonction du variant : les patients infectés par le variant Omicron étaient davantage vaccinés mais majoritairement plus immunodéprimés que ceux infectés par le variant Delta. La mortalité à 28 jours n’était pas différente entre les deux groupes.

 

[1] Cette étude a été sélectionnée par un comité d’experts internationaux fin 2021 pour bénéficier d’un financement dédié aux projets à fort potentiel d’impact par l’ANRS |Maladies infectieuses émergentes dans le cadre du soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche au consortium Emergen : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/la-recherche-au-coeur-du-plan-de-surveillance-genomique-du-territoire-francais-de-variants-du-sars-83065

 

[2] capacité du corps à produire une réponse immunitaire normale, après exposition à un antigène/pathogène

 

Référence : Nicolas de Prost, Etienne Audureau, Nicholas Heming, Elyanne Gault, Tài Pham, Amal Chaghouri, Nina de Montmollin, Guillaume Voiriot, Laurence Morand-Joubert, Adrien Joseph, Marie-Laure Chaix, Sébastien Préau, Raphaël Favory, Aurélie Guigon, Charles-Edouard Luyt, Sonia Burrel, Julien Mayaux, Stéphane Marot, Damien Roux, Diane Descamps, Sylvie Meireles, Frédéric Pène, Flore Rozenberg, Damien Contou, Amandine Henry, Stéphane Gaudry, Ségolène Brichler, Jean-François Timsit, Antoine Kimmoun, Cédric Hartard, Louise-Marie Jandeaux, Samira Fafi-Kremer, Paul Gabarre, Malo Emery, Claudio Garcia-Sanchez, Sébastien Jochmans, Aurélia Pitsch, Djillali Annane, Elie Azoulay, Armand Mekontso Dessap, Christophe Rodriguez, Jean-Michel Pawlotsky, Slim Fourati. Nature Communications

 

DOI : https://doi.org/10.1038/s41467-022-33801-z

 

A propos de l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes : Créée le 1er janvier 2021, cette agence autonome de l’Inserm a pour missions l’animation, l’évaluation, la coordination et le financement de la recherche sur le VIH/sida, les hépatites virales, les infections sexuellement transmissibles, la tuberculose et les maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes (notamment les infections respiratoires émergentes, dont la Covid-19, les fièvres hémorragiques virales, les arboviroses).L’agence couvre tous les domaines de la recherche : recherche fondamentale, clinique, en santé publique et en sciences de l’homme et de la société ; son organisation met l’accent sur l’innovation et le renforcement de partenariats internationaux.Avec une approche One Health, s’intéressant à la santé humaine, animale et à l’impact de l’homme sur l’environnement, l’agence prépare la réponse aux enjeux scientifiques posés par les maladies émergentes et à son déploiement en temps de crise.L’ANRS | Maladies infectieuses émergentes est placée sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et du ministère des Solidarités et de la Santé. Elle est dirigée par le Pr Yazdan Yazdanpanah.L’agence fédère et anime plusieurs réseaux nationaux et internationaux de chercheurs et de médecins employés par les principaux organismes de recherche, universités, centres hospitaliers ou associations. Les associations de patients et les représentants de la société civile sont pleinement intégrés à sa gouvernance et à son fonctionnement. www.anrs.fr
A propos de l’UPEC : Avec 14 facultés, écoles et instituts, 1 observatoire et 33 laboratoires de recherche, l’Université Paris-Est Créteil est présente dans tous les domaines de la connaissance depuis 1970, et forme chaque année plus de 40000 étudiants et actifs de tous les âges. Acteur majeur de la diffusion de la culture académique, scientifique et technologique, l’établissement dispense plus de 350 parcours de formations dans toutes les disciplines, du DUT au doctorat. L'UPEC offre ainsi un accompagnement personnalisé de toutes les réussites, grâce à des parcours de formation initiale, des validations d’acquis et la formation continue, ou encore par le biais de l’apprentissage et des actions en faveur de l’entrepreneuriat. L'UPEC a construit son projet stratégique d'établissement autour de trois orientations stratégiques majeures qui guident les actions de l’établissement : c’est une université engagée au service des excellences et de tous les parcours de réussite, une université actrice qui maîtrise de sa trajectoire et son impact social et une université ouverte sur le monde et sa diversité.
À propos de l’AP-HP: Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 38 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université Paris Cité ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université Paris Cité ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte quatre instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE, FOReSIGHT) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année plus de10000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP qui agit en lien direct avec les soignants afin de soutenir l’organisation des soins, le personnel hospitalier et la recherche au sein de l’AP–HP. http://www.aphp.fr

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachées de presse :

Mathilde Capy

Assistant du service de presse :

Théodore Lopresti


Directrice de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Isabelle Jourdan

Assistance publique Hôpitaux de Paris