French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

HELIOS-A : un essai clinique randomisé montre l’efficacité et l’innocuité du vutrisiran chez les patients atteints d'amylose héréditaire à transthyrétine avec polyneuropathie

Publié le Communiqués de presse

L’équipe du service de neurologie adulte de l’hôpital Bicêtre AP-HP et de l’Université Paris-Saclay, coordonnée par le Pr David Adams, a étudié les effets du vutrisiran chez les patients atteints de neuropathies amyloides héréditaires à transthyrétine (NAH-TTR).

Les résultats de cette étude, promue industriellement par Alnylam Pharmaceuticals, ont été publiés le 23 juillet 2022 dans la revue AMYLOID.

Les neuropathies amyloides héréditaires à transthyrétine (NAH-TTR) sont les neuropathies héréditaires les plus graves de l’adulte. Elles sont liées à une mutation du gène de la transthyrétine. C’est une affection gravissime qui détruit par amylose les nerfs sensitifs, moteurs et végétatifs responsables de multihandicaps, de perte d’autonomie, et elle est mortelle.

L'objectif de l'étude était d'évaluer l'effet du vutrisiran, un ARN interférent expérimental thérapeutique d’action longue durée (trois mois) qui réduit la production par le foie de transthyrétine (TTR) chez les patients atteints de NAH-TTR, par simple administration sous-cutanée.

HELIOS-A est une étude mondiale ouverte de phase 3 comparant l'efficacité et l'innocuité du vutrisiran avec un groupe placebo externe issu de l’étude APOLLO (GEP-APOLLO)1.

Les patients ont été divisés en trois groupes. Le premier a reçu du vutrisiran 25 mg sous-cutané (3/4) tous les trois mois (Q3M), le deuxième du patisiran (groupe référent 1/4) en intraveineux 0,3 mg/kg toutes les trois semaines (Q3W) pendant 18 mois, le troisième GEP-APOLLO.

HELIOS-A a recruté 164 patients, et 77 patients étaient issus du GEP-APOLLO.

Le vutrisiran a atteint le critère d'évaluation principal de changement par rapport au départ dans le score de neuropathie modifiée à neuf mois, et tous les critères secondaires d'efficacité. Il a apporté des améliorations significatives par rapport au placebo externe observées dans le score de qualité de vie Norfolk Quality-of-Life-Diabetic Neuropathie2, un test de vitesse de marche (à 9 et 18 mois), les scores mNIS+73, indice de masse corporelle modifié (IMCm) et l’Échelle d'invalidité globale R-ODS (tous à 18 mois).

La réduction de la TTR avec le vutrisiran Q3M était non inférieure au patisiran intra-étude Q3W. La plupart des événements indésirables étaient d'intensité légère ou modérée et en lien avec l'histoire naturelle la NAH-TTR. Il n'y a pas eu d'arrêts ou de décès liés au médicament.

En conclusion, le vutrisiran a significativement amélioré plusieurs critères de jugement pertinents pour l'amylose ATTRv versus placebo externe, avec un profil de tolérance acceptable.

La mise en place de ce traitement permettrait pour les patients de simplifier significativement leur traitement (plus de nécessité d’hospitalisation, possibilité de poursuite de l’activité professionnelle) et d’amélioration de la qualité de vie. Pour rappel, jusqu’en 2012, la transplantation hépatique était le seul traitement disponible pour les NAH-TTR.

Il serait intéressant pour l’avenir de démontrer l’efficacité à des doses plus fortes mais espacées de 6 mois voire 12 mois et de vérifier l’efficacité du vutrisiran sur les formes cardiaques d’amylose. Dans ce cadre, des inclusions pour l’étude Hélios-B sont en cours.

[1] L’étude APOLLO a évalué dans une phase 3 le patisiran 1er ARN interférent injectable par voie iv toutes les 3 semaines contre placebo chez 225 patients avec NAH-TTR (Adams d et al, NEJM 2018)

[2] Ce score inclue les symptômes liés aux fibres nerveuses, les problèmes physiques qui interfèrent avec leurs activités de la vie quotidienne, des questions génériques sur la santé.

[3] Score composite global de la neuropathie

Référence : David Adams, Ivailo L. Tournev, Mark S. Taylor, Teresa Coelho, Violaine Plante-Bordeneuve, John L. Berk, Alejandra Gonzalez-Duarte, Julian D. Gillmore, Soon-Chai Low, Yoshiki Sekijima, Laura Obici, Chongshu Chen, Prajakta Badri, Seth M. Arum, John Vest, and Michael Polydefkis, Amyloid.

DOI : 10.1080/13506129.2022.2091985

À propos de l’Université Paris-Saclay: L’Université Paris-Saclay regroupe dix composantes universitaires, quatre grandes écoles, l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques, deux universités membres-associées et bénéficie d’un partenariat fort avec six grands organismes de recherche. Composée de 48 000 étudiants et étudiantes, 8100 enseignants-chercheurs, enseignantes-chercheuses, chercheurs et chercheuses, 8 500 personnels techniques et administratifs, elle propose une offre de formations complète et variée de la Licence au Doctorat, ainsi que des diplômes d’ingénieur.e, reconnus de qualité grâce à la réputation et à l'engagement de son corps enseignant.Située au sud de Paris, sur un vaste territoire (de Paris à Orsay, en passant par Évry et Versailles), l'Université Paris-Saclay bénéficie d’une position géographique et socio-économique stratégique que sa visibilité internationale contribue à renforcer. Université de pointe, à dominante scientifique et fortement reconnue en mathématiques et en physique et également dans les domaines des sciences biologiques et médicales, de l’agriculture, de l’ingénierie, en lien avec des sciences humaines et sociales fortement soutenues, l'Université Paris-Saclay opère dans un environnement naturel classé, proche de Paris, et au cœur d’un tissu économique dynamique.
À propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 38 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université Paris Cité ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université Paris Cité ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte quatre instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE, FOReSIGHT) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année plus de10000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP qui agit en lien direct avec les soignants afin de soutenir l’organisation des soins, le personnel hospitalier et la recherche au sein de l’AP–HP. http://www.aphp.fr  Contact presse :Service de presse de l’AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@aphp.fr

 

 

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Laure Delignières
Guy-Arnaud Behiri


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris