Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service

  • Rechercher un contenu

Select the desired hospital

Etude ComPaRe sur les objets connectés et l’intelligence artificielle : 3 patients sur 4 refusent l’automatisation complète de certains soins

Mis à jour le . Signaler ce contenu
ComPaRe -
Une étude scientifique réalisée dans le cadre de ComPaRe, la Communauté de Patients pour la Recherche, a permis d’évaluer la perception des patients de l’usage d’interventions médicales basées sur les objets connectés et l’intelligence artificielle. Près de 1 200 patients suivis partout en France pour des maladies chroniques ont répondu en ligne aux questions des chercheurs de l’AP-HP. Si l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé suscite de nombreux espoirs et promesses de progrès, l’étude montre une réticence des patients à l’automatisation de leurs soins : 3 patients sur 4 souhaitent conserver l’intervention des soignants et voir la relation de soin préservée. Cette étude, dont l’investigateur coordonnateur est le Dr Viet-Thi Tran, du Centre d’épidémiologie clinique de l’Hôtel-Dieu AP-HP et de l’Université de Paris, fait l’objet d’une publication dans la revue Nature Digital Medicine, le 14 juin 2019.

Corps de texte

Pour évaluer scientifiquement la perception des patients sur les nouveaux outils de santé connectés et leur adhésion à des interventions automatisées basés sur l’intelligence artificielle (IA), l’équipe du centre d’épidémiologie clinique de l’Hôtel-Dieu AP-HP et de l’université de Paris, dirigée par le Pr Philippe Ravaud, a mené une étude d’envergure entre mai et juin 2018. Il s’agit de la première étude scientifique de cette envergure à interroger les patients sur leur perception de l’intelligence artificielle (IA) en santé.

L’étude montre que 47% des patients voient l’intelligence artificielle et les objets connectés comme une grande opportunité de progrès pour leur santé. Ils perçoivent ces technologies comme des moyens d’améliorer leur suivi et la réactivité des soins apportés et des moyens de réduire le fardeau de leur traitement tout en facilitant le travail des soignants. À l’opposé, 11% des patients perçoivent l’intelligence artificielle et les objets connectés comme un grand danger. Ils craignent un remplacement inapproprié de l’être humain, des risques importants de piratage des données ou encore un mauvais usage des données de santé par des tiers comme les assurances.

Il ressort de l’étude ComPaRe que 3 patients sur 4 refusent d’adopter des outils basés sur l’intelligence artificielle et complètement automatisés. Les patients volontaires de ComPaRe craignent un mauvais usage de la technologie qui minerait la relation humaine directe sur laquelle se fonde l’acte médical et les soins.

À l’occasion de cette publication, ComPaRe lance un appel à la participation à l’ensemble des patients suivis pour une maladie chronique. En participant à la recherche médicale via le site sécurisé https://compare.aphp.fr, les patients font avancer la recherche médicale sur leur maladie et font entendre leur voix.

Pour en savoir plus : lire le communiqué de presse

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris