Menu
French English

Hôpital Cochin AP-HP : Performance de la classification moléculaire dans l’évaluation pronostique d’un cancer rare, le cancer de la surrénale

Mis à jour le . Signaler ce contenu
Glandes surrénales
Glandes surrénales -
Une étude visant à confirmer la valeur pronostique de la classification moléculaire du cancer de la surrénale par rapport à d'autres facteurs pronostiques connus a été menée par des équipes du service d’endocrinologie de l’hôpital Cochin AP-HP, centre coordinateur du réseau national INCa Cancers Rares de la Surrénale (COMETE), dirigé par le Pr Jérôme Bertherat, et de l’Institut Cochin (Inserm, CNRS & Université de Paris). L’objectif de cette étude était d’évaluer l’intérêt de la détermination, par des mesures ciblées, du sous-type moléculaire dans l’évaluation pronostique de ces cancers.

Corps de texte

Le corticosurrénalome ou carcinome corticosurrénalien est un cancer endocrine rare qui se développe à partir du cortex surrénalien. Souvent responsable d'un excès de stéroïdes il peut être une rare cause de diabète, hypertension, œdèmes, amyotrophie, hirsutisme, sensibilité aux infections.... Le pronostic relatif à ce type de cancer est souvent sombre, mais cependant très hétérogène et difficile à prédire à partir de facteurs pronostiques standards tels que le stade et le grade tumoral.

Dans cette étude, deux cohortes de patients ont été incluses : une cohorte d’entraînement de 144 patients atteints de corticosurrénalome et une cohorte de validation indépendante de 224 patients atteints de corticosurrénalome.

En conclusion, la détermination du sous-type moléculaire améliore l’évaluation pronostique des corticosurrénalomes localisés et pourrait permettre d'adapter le suivi selon le risque de rechute et de mieux sélectionner les indications de traitement adjuvant. Ceci représente un progrès significatif pour améliorer la prise en charge de ces patients, permettant de mieux identifier les carcinomes corticosurrénaux qui comportent un risque important de rechute justifiant d'une prise en charge plus agressive et pouvant à l'inverse éviter aux patients ayant un risque très faible de rechute de se voir administrer un traitement adjuvant lourd inutilement.

A voir aussi