French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP : 1er transplantation d’un rein de donneur décédé par mort encéphalique sous cœlioscopie avec assistance robotique

Mis à jour le . Signaler ce contenu
robot chirurgical
Robot chirurgical -
AP-HP
Le développement de nouvelles techniques de chirurgie assistée par robot se poursuit dans les hôpitaux de l’AP-HP. Une première transplantation rénale a été réalisée par voie coelioscopique robot-assistée par les Dr Christophe Vaessen, Jérôme Parra, Sarah Drouin, et Aurélien Beaugerie du service médico-chirurgical de transplantation rénale, Pr Barrou, et du service d'urologie, Pr Chartier Kastler, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP.

L'intervention a été réalisée jeudi 12 novembre 2020 à partir d'un greffon de donneur décédé par mort encéphalique. La récupération de la fonction rénale a été immédiate et les suites opératoires simples pour le patient.

Cette première transplantation rénale à partir d'un donneur décédé, par voie purement coelioscopique robot-assistée, ouvre la voie à l'utilisation de cette technique pour les receveurs en attente d’une greffe rénale à partir de donneur décédé, et pour lesquels la transplantation doit pouvoir être réalisée à toute heure du jour et de la nuit. Il est en effet crucial de limiter l'ischémie froide du greffon afin de ne pas compromettre sa fonction à long terme. Cet impératif a pu être respecté lors de l’intervention grâce à l’implication totale des équipes paramédicale et médicale, et à un accès à la plateforme de robotique 24 heures sur 24, fruit du travail de l’ensemble du service dans le développement de la chirurgie robot-assistée depuis 2004.

Une première greffe rénale à partir d'un donneur décédé par mort encéphalique avait été réalisée par le Pr Clément-Claude Abbou en 2002 à l’hôpital Henri-Mondor AP-HP avec l’assistance du robot uniquement pour réaliser les anastomoses vasculaires.

Cette nouvelle technique devrait s'adresser essentiellement aux receveurs en surpoids afin de limiter les complications chirurgicales, notamment pariétales.

A voir aussi

Assistance publique Hôpitaux de Paris