French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

1ère implantation à l’AP-HP d’un stimulateur cardiaque sans sonde

Publié le Page vue 575 fois. Communiqués de presse

L’équipe de rythmologie, au sein du Département de cardiologie de l’Hôpital européen Georges Pompidou AP-HP, a implanté le mercredi 28 Décembre 2016, pour la première fois à l’AP-HP, un stimulateur cardiaque sans sonde, 10 fois plus petit qu’un stimulateur classique, sur un patient âgé de 65 ans.

Le patient, qui souffrait  d’une bradycardie, responsable de battements cardiaques trop lents par intermittence, a pu regagner son domicile deux jours après l’intervention et va aujourd’hui très bien.

Cette intervention, ne nécessitant aucune incision dans la poitrine, a été réalisée sur trois autres patients début janvier 2017.

Les stimulateurs cardiaques (ou pacemakers) constituent le traitement le plus courant de la bradycardie, maladie caractérisée par un rythme cardiaque lent (généralement inférieur à 50 battements par minute). Ils aident à rétablir le rythme normal du cœur et soulagent les symptômes en envoyant des impulsions électriques au cœur pour augmenter la fréquence cardiaque. D'ordinaire, un pacemaker est composé de deux éléments : un boîtier inséré dans la région pectorale, sous la peau ou le muscle, est chargé de générer des impulsions; celles-ci sont ensuite relayées à l'intérieur du cœur par une ou plusieurs sondes, qui partent du boîtier pour aboutir à la cavité cardiaque. Or ces sondes peuvent se casser, entraîner une infection (endocardite) ou se déplacer. Le développement de la miniaturisation des dispositifs permettra de pouvoir s’en passer.

L’équipe de rythmologie de l’Hôpital européen Georges Pompidou AP-HP, coordonnée par le Dr Eloi Marijon, a réalisé pour la première fois à l’AP-HP l’implantation d’un stimulateur Micra TPS de 8mm/24mm (un dixième de la taille d’un stimulateur cardiaque classique).

Pas plus grand qu'une pièce d’un euro, le Micra, qui a une durée de vie comparable aux pacemakers classiques (de 9 à 13 ans), est installé directement à l'intérieur du ventricule droit, au moyen d'un cathéter introduit dans la veine fémorale. Le tout sans intervention chirurgicale ni cicatrice, et sans sensation de masse sous le thorax. Du fait de cette miniaturisation, il n’y aucun boîtier visible sous la peau.

"La mise en place de ce pacemaker ne nécessite en effet pas d’incision dans la poitrine ni la création d’une "poche" chirurgicale sous la peau, contrairement aux techniques d’implantation actuelles de stimulateur cardiaque", précise le Dr Eloi Marijon.

Retrouvez l'interview du Dr Eloi Marijon, Département de cardiologie à l’Hôpital européen Georges Pompidou AP-HP

Ce système révolutionnaire a déjà fait la preuve de son efficacité à travers plusieurs essais cliniques mondiaux, coordonnés notamment par l’équipe du CHU de Bordeaux.

La rapidité et la sécurité de l’implantation devrait favoriser progressivement son utilisation dans les centres accrédités pour la pratique de l’électrophysiologie interventionnelle, sous certaines conditions qui restent à déterminer.

L’équipe de rythmologie du Département de cardiologie de l’Hôpital européen Georges Pompidou AP-HP, prévoit de réaliser l’implantation du stimulateur Micra TPAS chez 15 patients dans les quatre prochains mois.  « Nous envisageons par ailleurs de participer au développement d’un stimulateur cardiaque sans sonde double chambre (en implantant une capsule dans l’oreillette et une capsule dans le ventricule), afin d’assurer une meilleure coordination entre les cavités cardiaques, et d’étudier la manière dont on peut associer la stimulation cardiaque sans sonde à la défibrillation sous cutanée » précise le Dr Marijon.

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Barnabé Chalmin
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris