French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

AP-HP - Essai CAMOVID pour évaluer les effets du camostat mesylate dans le traitement de l'infection COVID-19 chez des patients ambulatoires risquant une évolution vers une forme sévère.

Publié le Communiqués de presse

CAMOVID est un essai multicentrique randomisé contrôlé versus placebo en double aveugle. Il a pour objectif d’évaluer l’impact du camostat mesylate entre J0 et J21 sur des patients atteints de COVID-19 et ne nécessitant pas d’hospitalisation initiale. L’hypothèse est qu’un traitement par camostat mesylate, initié précocement dans l’infection COVID-19, pourrait réduire la dissémination virale en bloquant l’entrée du SARS-CoV2 dans les cellules. Son administration, en complément des soins courants, pourrait ainsi prévenir l’aggravation clinique vers une forme sévère chez les patients.

L’essai CAMOVID est promu par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et coordonné par le Dr David Boutboul du service d’immuno-hématologie de l’hôpital Saint-Louis AP-HP, d’Université de Paris et de l’Inserm. Financé dans le cadre d’un PHRC national, cet essai a obtenu l’avis favorable d’un CPP le 5 août 2020 et l’autorisation de l’ANSM le 10 octobre 2020 ; 55 patients ont été inclus à ce jour. Cet essai s’inscrit dans un consortium international testant la molécule dans différents contextes cliniques et dans plus de 10 pays.

Le camostat mesylate est un inhibiteur de serine protéase commercialisé au Japon depuis 40 ans. Il est utilisé de façon courante au cours de la pancréatite chronique ou du reflux gastro-oesophagien. Plusieurs études japonaises ont montré l’efficacité et la bonne tolérance de ce médicament administré par voie orale à 600mg par jour en trois prises sur les douleurs des patients ayant une pancréatite chronique ou sur les symptômes de reflux. Les effets secondaires déclarés sont essentiellement de nature digestive, survenant dans moins de 0.5% des cas. Le camostat mésylate nécessaire à l’essai a fait l’objet d’un don du laboratoire Ono Pharmaceutical.

Les patients concernés doivent avoir plus de 18 ans, une forme symptomatique de COVID-19 avec PCR SARS-CoV2 positive de moins de 72h, sans critères d'hospitalisation initiale et présenter au moins un facteur de risque de forme sévère de COVID-19 tel que : âge >= 50 ans, diabète, hypertension artérielle, BPCO, cardiopathie, etc. L’objectif est d’inclure 596 patients dans les centres participants dont cinq premiers centres à l’AP-HP. Les participants devront prendre des comprimés pendant 14 jours, matin, midi et soir. Ils bénéficieront de visites de suivi avec une consultation médicale à J7, J14, J21 et J90. Des prélèvements seront réalisés lors de ces visites pour surveiller la bonne tolérance du médicament et la réponse au traitement.

Les patients peuvent être actuellement inclus au sein des cinq centres suivants à l’AP-HP : service d’accueil des urgences de l’hôpital Saint-Louis AP-HP (investigateur principal: Dr Olivier Peyrony), service des maladies infectieuses et tropicales – Centre COVID-19 de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard AP-HP (IP: Dr Dorothée Vallois), service d’accueil des urgences de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP (IP: Dr Christian Kassasseya), Unité des maladies Génétiques du Globule Rouge de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP (IP : Pr Pablo Bartolucci), Unité Transversale de Traitement des Infections de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP (IP : Dr Raphaël Lepeule) et service de médecine interne/département d’aval des urgences de l’hôpital Henri-Mondor AP-HP (IP : Dr Constance Guillaud). D'autres centres AP-HP vont être ouverts.

Le critère d’évaluation principal de l’essai est la proportion de patients hospitalisés ou décédés entre l’inclusion et J21 pour aggravation de la maladie COVID-19.

Pour plus de détails : https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04608266

A propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

APHP

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Barnabé Chalmin
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris