French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

ASCO - Une révolution thérapeutique : les CAR T Cells dans les lymphomes folliculaires en rechute / réfractaires

Publié le Communiqués de presse

Le Pr Catherine Thiéblemont et son équipe, du service d’hémato-oncologie de l’hôpital Saint-Louis AP-HP, ont participé à un essai international de phase II, ELARA, dont l’objectif était d’évaluer l’intérêt d’un traitement par CAR-T cells (tisagenlecleucel) dans les lymphomes folliculaires en rechute ou réfractaires. Parmi les 94 patients inclus et évaluables, lourdement pré traités, d’un âge médian de 57 ans, 66% d’entre eux ont présenté une réponse complète et 86% une réponse partielle ou complète. Ces données remarquables rapportent aussi très peu de toxicité, la majorité des évènements indésirables liés au traitement étant de grade ≤3.

Les résultats de cette étude ELARA seront présentés au congrès de l’ASCO sous la forme d’une communication orale en Oral Abstract Session le lundi 7 juin.

Contexte

Les lymphomes folliculaires : des rechutes multiples

Les lymphomes sont des hémopathies malignes qui peuvent être assimilés à des cancers des ganglions, parmi lesquels les lymphomes folliculaires sont les deuxièmes lymphomes les plus fréquents chez l’adulte. Le lymphome folliculaire est un lymphome indolent, caractérisé par une évolution plutôt lente avec de multiples rechutes dont les traitements reposent actuellement sur l’association d’une chimiothérapie et de traitements ciblées comme le rituximab (anticorps monoclonal anti CD20).

Les CAR-T cell : un nouveau concept de traitement 

 Les CAR-T Cells sont fabriqués à partir des lymphocytes T, impliqués dans l’immunité cellulaire de l’organisme, et modifiés génétiquement pour renforcer leur activité antitumorale. Des résultats d’efficacité significatifs ont été déjà démontrés avec les CAR-T cells dans d’autres hémopathies malignes comme les lymphomes agressifs, notamment les lymphomes diffus à grandes cellules B et dans certaines leucémies aigues.

L’essai ELARA : premiers résultats présentés à l’ASCO

Les lymphomes folliculaires présentant souvent à la surface des cellules tumorales l’expression d’une protéine, CD19, des CAR-T cells sont été développées pour cibler spécifiquement ce récepteur.

Méthodologie

Après des premiers résultats prometteurs, l’essai de phase II, international, multicentrique, ELARA, a été mis en place afin d’évaluer les effets des CAR-T cells anti CD19 chez des patients atteints d’un lymphome folliculaire ayant reçu au moins 2 lignes antérieures de traitement ou en échec après un traitement intensif avec une autogreffe de cellules souches.

Le traitement s’est déroulé en deux étapes avec une chimiothérapie lymphodéplétive (destruction des lymphocytes) suivie de l’administration de CAR-T cells anti CD19, le tisagenlecleucel. Le critère principal était le taux de réponse complète évaluée par un comité indépendant d’après les critères de Lugano.

Une réponse complète obtenue chez deux patients sur trois

Les résultats de cette étude sont présentés pour la première fois cette année au congrès de l’ASCO. Au total, 98 patients d’un âge médian de 57 ans (29-73 ans) ont été inclus parmi lesquels 8 à l’hôpital APHP Saint-Louis (Paris). Il s’agissait de patients lourdement pré traités qui avaient reçu un nombre médian de 4 lignes de traitement (2 à 13 lignes), 78% d’entre eux présentaient une maladie réfractaire au dernier traitement et 60% d’entre eux étaient en progression moins de 2 ans après le premier traitement.

Parmi les 94 patients évaluables ayant reçu le traitement par tisagenlecleucel, 66% d’entre eux ont présenté une réponse complète (critère principal de l’étude) et 86% une réponse partielle ou complète et. A 6 mois, 94% des patientes étaient toujours en réponse et 76% n’avaient pas présenté de progression de leur maladie.

Au cours des 8 semaines qui ont suivi l’administration de CAR-T cells, des évènements indésirables de grade ≥3 sont survenus chez 65% des patients et il s’agissait le plus souvent de neutropénie (28%) et d’anémie (13%). Les toxicités liées au traitement , tels que le syndrome de relargage cytokinique et la neurotoxicité, ont été modérés, rapportées au total chez 49% et 9% des patients respectivement, mais sans aucun syndrome de relargage cytokinique de grade ≥3, et les toxicités neurologiques étaient toutes de grade <4 (sauf 1 patient qui a présenté un effet de grade 4).

Conclusion

Ces résultats remarquables mettent en évidence l’intérêt d’un traitement par CAR-T cells anti-CD19 chez les patients atteints d’un lymphome folliculaire, multi traités et en rechute ou réfractaires avec un taux de réponse complète de 66% et des syndromes de relargage cytokinique et des toxicités neurologiques moins fréquents et moins sévères que ceux rapportées dans d’autres indications. Ces données obtenues avec cette nouvelle approche thérapeutique d’immunothérapie cellulaire, démontrent un bénéfice jamais obtenu jusque-là. Elles devraient permettre prochainement l’obtention d’une autorisation de mise sur le marché de ces CAR-T cells (tisagenlecleucel) dans le traitement des patients atteints d’un lymphome folliculaire en rechute ou réfractaire après ≥2 lignes antérieures de traitement.

Retrouvez en vidéo les explications du Pr Catherine Thieblemont

Références

Abstract 7508

https://meetinglibrary.asco.org/record/196296/abstract

Stephen J. Schuster, Michael J. Dickinson, Catherine Thiéblemont et al. Efficacy and safety of tisagenlecleucel (Tisa-cel) in adult patients (Pts) with relapsed/refractory follicular lymphoma (r/r FL): Primary analysis of the phase 2 Elara trial. ASCO 2021; abst 7508

 

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire, acteur majeur de la recherche clinique en France et en Europe mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 8.3 millions de personnes  malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Île-de-France : 95 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Barnabé Chalmin
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris