French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Covid-19 / Kawasaki-like de l’enfant : Une meilleure évolution avec l’ajout de corticostéroïdes au traitement par immunoglobulines

Publié le Communiqués de presse

Un consortium français piloté par une équipe de médecins et de chercheurs issus de services de pédiatrie de plusieurs hôpitaux de l’AP-HP, d’Université de Paris, de l’Inserm et du Centre de recherche des Cordeliers (Inserm/Université de Paris/Sorbonne Université), sous la coordination du Pr François Angoulvant, a mené une étude multicentrique pour comparer l’association de corticoïdes au traitement actuel par immunoglobulines polyvalentes chez des enfants atteints du syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant (Multisystemic Inflammatory System in Children, MIS-C) associé à une infection à Sars-Cov-2.

Les résultats de cette étude qui a associé des pédiatres de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, des Hospices Civils de Lyon, de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, du CHRU de Strasbourg et de nombreux autres centres hospitaliers français, en collaboration avec Santé Publique France, l’Inserm et des sociétés savantes affiliées à la société française de Pédiatrie, montrent que l'évolution de ces patients est améliorée par l’ajout de corticoïdes au traitement actuel par immunoglobulines polyvalentes.

Les résultats de ces travaux ont été publiés lundi 1er février 2021 dans la revue scientifique Journal of the American Medical Association.  

Dès la fin du mois d’avril 2020, des pédiatres français, anglais et italiens alertaient sur l’apparition d'une nouvelle forme de Covid-19 chez l’enfant ressemblant à une maladie déjà connue des pédiatres appelée maladie de Kawasaki. Elle a été depuis rebaptisée syndrome inflammatoire multisystémique (PIMS ou MIS-C en anglais) avec un traitement empirique alors basé sur celui de la maladie de Kawasaki.

L’étude a comparé l’évolution des symptômes du MIS-C associé à une infection à Sars-Cov-2 chez 111 enfants souffrant du syndrome MIS-C tel que défini par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont 58 de sexe féminin. L’âge médian des enfants était de 8,6 ans.

34 patients ont reçu comme traitement des immunoglobulines par voie intraveineuse (IVIG) associées à de la méthylprednisolone et 72 ont reçu des immunoglobulines par voie intraveineuse exclusivement. Cinq enfants n’ont reçu aucun traitement anti-inflammatoire.

Le Pr Francois Angoulvant et le Dr Naïm Ouldali et leurs équipes ont démontré que l’ajout des corticoïdes au traitement de base conduisait à une évolution plus favorable des enfants malades avec une diminution des traitements de réanimation, de l’atteinte cardiaque et de la fièvre. Parmi les patients ayant reçu un traitement combinant des IVIG et de la méthylprednisolone, 91 % ont répondu à 48h favorablement au traitement contre seulement 49% pour ceux ayant reçu le traitement IVIG seul.

Ces données devraient conduire à un changement de la prise en charge des enfants atteints de cette maladie qui a touché en France plus de 350 patients entre avril 2019 et janvier 2021.

doi:10.1001/jama.2021.0694  

Contacts presse :

Service de presse de l’AP-HP- 01 40 27 37 22 - service.presse@aphp.fr

A propos d’Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, Université de Paris se hisse au niveau des établissements français et internationaux les plus prestigieux grâce à sa recherche de très haut niveau, ses formations supérieures d’excellence, son soutien à l’innovation et sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris compte 64 000 étudiants, 7 250 enseignants-chercheurs, 21 écoles doctorales et 138 laboratoires de recherche. Visiter u-paris.fr.

A propos du Centre de Recherche des Cordeliers (CRC) : Situé au cœur de la capitale, le CRC développe des projets de recherche fondamentale, translationnelle et clinique en biologie et en santé. Il rassemble plus de 500 personnes, techniciens, chercheurs, enseignants-chercheurs et médecins, qui allient leur expertise dans les domaines de la cancérologie, de l’immunologie, de l’étude du métabolisme et des grandes fonctions physiologiques de l’organisme. Il est sous la triple tutelle de l’Inserm, Sorbonne Université et l’Université de Paris.

À propos de l’AP-HP :  Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Laure Delignières
Guy-Arnaud Behiri


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris