French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Etude épidémiologique : les symptômes persistants après un épisode de COVID-19 pourraient ne pas être tous spécifiques d’une infection par SARS-CoV-2

Publié le Communiqués de presse

Une équipe de recherche multidisciplinaire coordonnée par le Pr Cédric Lemogne du service de Psychiatrie de l’adulte de l’hôpital Hôtel-Dieu AP-HP, d’Université de Paris et de l’Inserm, a examiné l'association de symptômes persistants avec deux facteurs : la croyance d’avoir été infecté par le coronavirus et une sérologie positive pour SARS-CoV-2. Les résultats de cette étude ont fait l’objet le 8 novembre 2021 d’une publication dans la revue JAMA Internal Medicine.

Après un épisode de COVID-19, de nombreux patients souffrent de symptômes physiques persistants – fatigue, essoufflement, troubles de l'attention, etc. – qui peuvent altérer leur qualité de vie et justifier une prise en charge médicale. Bien que plusieurs mécanismes non exclusifs puissent être en cause, le terme unique de « COVID long » est souvent utilisé pour désigner cette situation clinique.

Pourtant, la persistance de symptômes physiques après la résolution d’un épisode médical aigu est observée depuis longtemps en médecine. Les symptômes décrits par les patients sont par ailleurs d’une grande diversité et assez fréquents dans la population générale. Il est donc possible que certains de ces symptômes aient une autre cause ou ne soient pas spécifiques de l’infection par SARS-Cov-2.

L’équipe de recherche a utilisé les données de la cohorte CONSTANCES, financée par le Programme Investissements d’Avenir, et de l’enquête sérologique SAPRIS (Santé, Pratiques, Relations et Inégalités Sociales en Population Générale Pendant la Crise COVID-19) pour examiner l'association de symptômes persistants avec deux facteurs : d’une part la croyance d’avoir eu un épisode de COVID-19 ; d’autre part une sérologie positive pour SARS-CoV-2. Bien que la sérologie soit insuffisante pour faire un diagnostic à l’échelle individuelle, la probabilité d’avoir contracté le virus est très nettement supérieure chez les personnes ayant une sérologie positive par rapport aux personnes ayant une sérologie négative.

Après prise en compte des deux facteurs simultanément chez plus de 25 000 adultes, les analyses ont montré une association robuste entre cette croyance et seize symptômes sur dix-huit alors qu’une sérologie positive n’était associée qu’à la persistance d’une anosmie, soit le symptôme le plus spécifique de l’infection par SARS-CoV-2.

Cette étude comporte des limites liées à la fiabilité de la sérologie et au caractère observationnel de l’étude. Ces résultats ne remettent pas en cause la réalité des symptômes prolongés dont souffrent les patients mais suggèrent qu’il faut être prudent avant de les attribuer au « COVID long » et que les mécanismes de ces symptômes pourraient ne pas être tous spécifiques de l’infection par SARS-CoV-2.

Référence: Joane Matta, Emmanuel Wiernik, Olivier Robineau, Fabrice Carrat, Mathilde Touvier, Gianluca Severi, Xavier de Lamballerie, Hélène Blanché, Jean-François Deleuze, Clément Gouraud, Nicolas Hoertel, Brigitte Ranque, Marcel Goldberg, Marie Zins, Cédric Lemogne, JAMA Internal Medicine.

doi: 10.1001/jamainternmed.2021.6454

À propos d’Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, labellisée « Initiative d’Excellence », Université de Paris se hisse au meilleur niveau international grâce à sa recherche, à la diversité de ses parcours de formation, à son soutien à l’innovation, et à sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris est composée de trois Facultés (Santé, Sciences et Sociétés et Humanités), d’un établissement-composante, l’Institut de physique du globe de Paris et un organisme de recherche partenaire, l’Institut Pasteur. Université de Paris compte 63 000 étudiants, 7 500 enseignants-chercheurs et chercheurs, 21 écoles doctorales et 119 unités de recherche.
À propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Guy-Arnaud Behiri
Mathilde Capy


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris