Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Hôpital Necker-Enfants malades AP-HP : nouvelle voie thérapeutique pour traiter une maladie rare et orpheline, le syndrome d’Olmsted, avec le repositionnement d’un médicament

Publié le Communiqués de presse

Des médecins hospitalo-universitaires du service de dermatologie pédiatrique et de l’unité de médecine de la douleur et médecine palliative de l’hôpital Necker-Enfants malades, AP-HP, Université de Paris et des chercheurs de l’Inserm (UMR-S935) ont mené des travaux pour traiter la kératodermie palmoplantaire et la douleur chez les patients présentant le syndrome d’Olmsted, une maladie rare et orpheline provoquée par des mutations du gène TRPV3.

Ces travaux, coordonnés par le Pr Christine Bodemer, le Dr Céline Greco et le Dr Claude Boucheix,  montrent qu’une thérapie ciblée sur le mécanisme de l’expression phénotypique d’une mutation génétique délétère peut conduire à faire disparaître les symptômes et permettre aux patients de mener une vie normale. Ils ont fait l’objet d’une publication le 2 janvier 2020 au sein de la revue JAMA Dermatology.

Le syndrome d’Olmsted se manifeste par une keratodermie palmoplantaire, un épaississement impressionnant de la peau des paumes et des plantes, extrêmement douloureuse. Il apparait dans la petite enfance, s’aggravant inexorablement au fil des années avec échec de toutes les tentatives thérapeutiques sur l’hyperkératose et la douleur. Lié à des mutations du gène TRPV3, il entraîne une hyperactivation de la molécule TRPV3, un canal membranaire.

Les équipes ont pu, par un travail de recherche transversale avec l’aide du service d’anatomie pathologique de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP et du service de cancérologie de l’Institut Curie, faire entrer en rémission des enfants atteints de ce syndrome rare et grave.  Ces enfants avaient perdu progressivement toute autonomie, se retrouvant en fauteuil roulant avec un arrêt de croissance, une anorexie, des insomnies et une situation d’isolement social total associés à un état d’anxiété profond du fait de la douleur et du handicap.

A partir de l’analyse approfondie des données de la littérature, un lien entre la signalisation TRPV3 et la signalisation EGFR a été suggéré dans cette maladie par un mécanisme de transactivation de l’EGFR à partir de TRPV3, l’activation d’EGFR produisant par ailleurs un rétrocontrôle positif sur TRPV3 accentuant sa signalisation et maintenant le processus.

Il a donc été proposé à trois patients suivis dans le centre de référence du service de dermatologie pour les maladies rares génétiques de la peau à l’hôpital Necker-Enfants malades, un nouveau traitement visant les mécanismes de cette maladie : l’erlotinib (un inhibiteur d’EGFR utilisé en oncologie).

Le résultat de cet essai thérapeutique, débuté en mai 2018, a été spectaculaire chez ces patients pour lesquels toutes les autres tentatives thérapeutiques avaient échoué. Les douleurs ont en effet disparu en moins d’1mois, la kératodermie (épaississement des couches superficielles de l'épiderme) en 3 mois, ce qui a permis d’arrêter l’administration de médicaments à visée antalgique (morphine etc..). Cette efficacité s’est associée à une absence d’effets secondaires limitant l’usage de ce nouveau traitement. Ces enfants ont aujourd’hui repris leur croissance, rattrapé leur retard de puberté, marchent, courent, vivent sans lésion, ni douleur.

Ce résultat montre qu’une thérapie ciblée sur le mécanisme de l’expression phénotypique d’une mutation génétique délétère peut conduire à faire disparaître les symptômes et permettre aux patients de mener une vie normale. Dans les maladies génétiques où une telle approche conduirait à des résultats thérapeutiques convaincants, la thérapie génique, méthode très complexe qui doit être adaptée à chaque maladie, voire à chaque malade, n’est pas la seule option de recherche. Le repositionnement de médicaments existants ou de nouvelles molécules en cours de développement est un réel espoir pour les patients.

Sources:

doi:10.1001/jamadermatol.2019.4126

Use of Epidermal Growth Factor Receptor Inhibitor Erlotinib to Treat Palmoplantar Keratoderma in Patients With Olmsted Syndrome Caused by TRPV3 Mutations

Céline Greco; Stéphanie Leclerc-Mercier; Sarah Chaumon; François Doz; Smail Hadj-Rabia; Thierry Molina; Claude Boucheix; Christine Bodemer

A propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble des hôpitaux. http://www.aphp.fr

A propos d’Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, Université de Paris se hisse au niveau des établissements français et internationaux les plus prestigieux grâce à sa recherche de très haut niveau, ses formations supérieures d’excellence, son soutien à l’innovation et sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris compte 61 000 étudiants, 4 500 enseignants-chercheurs, 22 écoles doctorales et 142 laboratoires de recherche. Visiter u-paris.fr.

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

Compte-tenu des consignes nationales de limitation des contacts et des déplacements, le service de presse de l’AP-HP est en télétravail à partir de mardi 17/3/2020. Merci d’adresser vos demandes presse exclusivement par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques,  nous vous rappellerons dès que possible. Par ailleurs, toujours pour être en cohérence avec ces consignes, nous suspendons jusqu’à nouvel ordre la venue de journalistes dans l’enceinte de nos hôpitaux et privilégions le téléphone et ou Skype pour les interviews.

Attachés de presse :

Éléonore Duveau
Anne-Cécile Bard
Barnabé Chalmin


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris