French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

La Présidence du conseil de surveillance de l’AP-HP appelle à anticiper les renforts en personnel pour l’hôpital, à revaloriser la rémunération et les carrières des agents et à inclure les écoles dans la politique de dépistage pour préparer la rentrée sco

Publié le Dossiers de presse

À l’occasion d’un point consacré à la stratégie de reprise des activités ainsi qu’à l’accompagnement de la gestion du dé confinement, pour lequel les membres du conseil de surveillance étaient réunis le vendredi 15 mai 2020, Anne Hidalgo, Maire de Paris et Présidente du conseil, réitère l’immense gratitude des citoyens à tous les personnels hospitaliers et acteurs de santé du territoire qui ont permis de faire face à ce premier pic épidémique et demande à ce que cette reconnaissance se traduise par des mesures portant sur la rémunération et les conditions de travail des agents.

L’analyse de la situation globale conduit la Présidence et les membres du conseil de surveillance de l’AP-HP à faire part des préoccupations principales suivantes

Une demande de réponse à la reconnaissance du rôle de l’hôpital public et des professionnels hospitaliers 

Anne Hidalgo appelle l’attention sur la conférence de presse du Collectif Inter-Hôpitaux le 5 mai dernier au cours de laquelle il a été rappelé plusieurs points fondamentaux :

- l’engagement exceptionnel de chaque membre de la communauté hospitalière qui a permis à l’hôpital de tenir face à cette première vague, dans une relation professionnelle entre tous les corps de métier et les institutions.

-la demande de concrétisation des promesses faites pour honorer les demandes portées par les collectifs, préexistantes à la crise sanitaire, en termes de revalorisation des carrières et de réformes du système de financement et d’organisation de l’hôpital.

Elle rappelle que le conseil de surveillance soutient ces demandes et qu’elle portera la voix, en tant que Présidente du Conseil de surveillance et Maire, des demandes de nécessaire remise à niveau des rémunérations, revalorisations des carrières et conditions d’exercice des personnels hospitaliers : « Il ne serait pas en effet compris des personnels et du public que la reconnaissance de la mobilisation des personnels soit marquée uniquement par une médaille de l’engagement ».

Sur ce sujet, le Directeur général de l’ARS Ile-de-France, Aurélien Rousseau, salue également « l’engagement exceptionnel de tous, équipes soignantes, techniques, logistiques et administratives », et indique que le décret pour le versement de la prime de 1 500 euros pour tous les agents des établissements publics de santé des zones particulièrement touchées par la crise, dont tout l’Ile-de-France faire partie, est paru.

Un bilan à conduire dans quinze jours sur l’impact du déconfinement sur l’évolution de l’épidémie

Si la période est marquée par une forte décroissance de la circulation du virus et du nombre de personnes hospitalisées, « nous ne sommes pas encore sortis de la crise » indique Bruno Riou, directeur médical de crise de l’AP-HP.

L’enjeu est de mener de front la reprise des activités et la poursuite de la prise en charge des patients covid tout en adaptant l’ensemble avec moins de personnels et des personnels épuisés par la première vague. Il faut accompagner le déconfinement de la population, tout en sachant qu’elle peut se traduire par une recrudescence de l’épidémie dont l’évaluation sera appréciée dans une dizaine de jours.

L’anticipation dès maintenant de recrutement en personnel et de nouveaux renforts 

La reprise des activités habituelles se traduit à l’hôpital par la réaffectation des personnels dont les activités avaient été déprogrammées sur leur secteur d’origine et par un moindre recours possible à la réserve externe de renforts.

Sur la période, l’AP-HP a pu bénéficier de 8 700 renforts dont 2 800 infirmières, 3 100 aides- soignants et 1 200 volontaires non soignants, passés notamment par la plateforme « renforts-covid » mise en place par l’ARS Ile-de-France. Des formations en soins infirmiers ont été conduites pour plus de 2 000 personnes en un temps record de trois semaines ainsi que des formations adaptées auprès de 600 personnes pour la mise en place du dispositif COVISAN.

80% de ces personnes s’est déclaré satisfait de l’accueil réservé. Il est souhaitable de s’assurer dans cette perspective que la gratification par primes concerne tous les personnels ayant contribué à juguler la crise, tels les étudiants médecins et infirmiers.

Se pose de façon urgente la question de la pérennisation de ces moyens au regard du déficit dont souffrait l’AP-HP avant l’entrée dans la crise sanitaire et d’autres épisodes à venir comme le risque caniculaire et les habituelles épidémies hivernales qui viendront se surajouter à la gestion de la crise sanitaire. Les représentants des organisations syndicales des personnels non médicaux estiment que la situation doit aussi amener à sursoir à l’actuel plan de transformation de l’AP-HP. 

A l’instar d’Anne Hidalgo, le Conseil de surveillance demande aux autorités de tutelle de l’institution de faire en sorte que ces moyens en personnel puissent être pérennisés et d’anticiper de futurs renforts. 

L’importance des services pour accompagner les personnels au travers de la plateforme « HOPTISOINS » a été importante et a permis aux équipes de se concentrer sur les soins à assurer, plus que sur les contraintes logistiques. Si la colère des personnels reste grande quant aux difficultés rencontrées pour les équipements de protection comme l’ont soulignée les représentants des personnels, le flux de nouveaux personnels contaminés continue de diminuer. Les services aux personnels sont maintenus autant que de besoin.

La mobilisation des usagers et des associations pour accompagner la reprise des activités à l’hôpital 

L’activité chirurgicale a été reprise à hauteur de 30% de la diminution estimée entre moins 50 à 60% d’activité sur la période. Les indicateurs de report de soins en Médecine sont préoccupants, en particulier en cancérologie qui reste à 20% de son activité habituelle. Tout est mis en œuvre à l’AP-HP pour redonner de la confiance aux usagers avec un accueil et des moyens spécifiques, ainsi que des aménagements de circuits pour protéger les usagers lors de leur venue.

Le Conseil de surveillance plaide pour la mobilisation, aux côtés des équipes de soins, des représentants des usagers, des associations de patients et des médecins de Ville pour cette mise en confiance des patients pour passer les messages adaptés et faciliter l'accès aux consultations. Il est regretté par les représentants des usagers la difficile réactivation des liens et instances hospitalières qui permet cette interaction, en raison de la mobilisation encore très forte et compréhensible des acteurs hospitaliers sur la gestion de la crise sanitaire

L’inclusion des écoles dans la démarche préventive et communautaire initiée par le Dispositif COVISAN porté par l’AP-HP et la Ville de Paris

Renaud Piarroux, chef du service de parasitologie à l’hôpital de la Pitié- Salpêtrière – AP-HP et porteur du projet COVISAN, rappelle que l’objectif du dispositif est de casser les chaînes de transmission de l’épidémie en proposant des solutions adaptées à chaque personne afin qu’elle puisse se protéger et protéger les autres : fourniture d’un kit patient avec SHA et masques, courses apportées au domicile, isolement dans un hôtel …

Il insiste sur la nécessité de s'appuyer sur les médecins traitants et sur la qualité de la visite à domicile des patients pour instaurer une alliance avec le patient, sans jamais de propositions coercitives. Il estime que le dépistage, qui doit être réalisé au premier jour des symptômes, est malheureusement encore trop tardif.

L’enjeu est aussi d’élargir le dispositif COVISAN aux asymptomatiques, en allant en quelque sorte les chercher et, d’intégrer le projet dans celui porté par l’ARS et par l’Assurance Maladie pour le dépistage des cas suspects et des cas contacts.

Anne Hidalgo se félicite du développement de ces approches communautaires qui sont très directement inspirées des expériences conduites dans le cadre de la stratégie de lutte contre le SIDA à Paris et dans d’autres grandes villes comme New-York, San Francisco et Londres. Elle s’appuie autant sur une responsabilité individuelle des patients que collective, dans une logique territoriale regroupant les associations et les acteurs de santé et sociaux. A Paris, cette stratégie a conduit à la baisse de 16% des cas de contaminations SIDA l’année passée.

Anne Hidalgo estime qu’il y a une opportunité à favoriser le dépistage dans les écoles et à l’inscrire dans le dispositif COVISAN, afin de préparer au mieux la rentrée de septembre 2020.

La capacité actuelle de dépistage au plan national permet à priori la mise en place d’une réelle politique de santé publique, quand les choix ont été jusqu’ici contraints par la pénurie de masques et de tests. Elle souhaite, à la différence de la gestion des tests dans les EHPADS, qu’il ne soit plus perdu de temps pour mettre en place cette politique de santé publique qui favorisera le recul de l’épidémie. 

Il y a aussi une opportunité à consolider, sans attendre, les axes de coopération et de coordination développés entre l’Hôpital et la Ville pour faire face à la crise sanitaire.

Le Conseil de Surveillance met en exergue le suivi de plus de 60 000 patients Covid à domicile grâce à l’outil COVIDOM développé par l’AP-HP et l’utilisation de l’outil par plus de 50% des médecins généralistes du territoire. Il souhaite notamment la mise en place des nouveaux conseils hospitaliers de territoire de l’AP-HP qui permet entre autres la réunion dans chaque site hospitalier de l’ensemble des parties prenantes du territoire pour l’évaluation des besoins de santé.

La recherche d’un point d’équilibre du système hospitalier et du système de santé 

Sur le plan financier, les premiers surcoûts induits par la crise sanitaire sont de 350 M€. Le Directeur général de l’ARS Ile-de-France, Aurélien Rousseau, indique que l’Agence a versé une première tranche de 57 M€ et fait l’avance d’une part de la prime « COVID » (140 M€) afin qu’elle soit versée dès le mois de mai. Un arrêté ministériel a par ailleurs été publié, garantissant le même niveau de recettes que celles de l’année antérieure (avec les augmentations prévues en loi de financement de la sécurité sociale) afin de couvrir le risque lié aux pertes de recettes dues à la déprogrammation d’activités hors covid.

Cet accompagnement se double de l’annonce, communiquée en cours de la matinée par Martin Hirsch, du lancement par le Président de la république d’un Plan Hôpital visant à :

-la revalorisation des salaires et carrières des personnels soignants

-l’augmentation des investissements

-plus de souplesse et d’innovation dans le fonctionnement du système

-le développement de projets territoriaux de santé

Le conseil de surveillance prend note des inflexions du plan santé 2022 et se déclare prêt à engager à une réflexion collective adaptée à l’organisation et au territoire du CHU.

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 8,3 millions de patients : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 100 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Guy-Arnaud Behiri
Mathilde Capy


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris