French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Une nouvelle méthode originale pour le diagnostic des paludismes chroniques

Publié le Page vue 176 fois. Communiqués de presse

Une équipe de chercheurs (AP-HP, Inserm) coordonnée par les Drs Miyara et Buffet de la Pitié-Salpêtrière vient de découvrir une nouvelle méthode de diagnostic des formes de paludisme chronique à l’aide d’un test répandu et habituellement prescrit pour le diagnostic de certaines maladies auto-immunes. Une avancée qui permet d’améliorer ce diagnostic souvent délicat et donc de proposer une meilleure prise en charge thérapeutique aux patients. Les résultats de cette étude font l’objet d’une publication dans la revue PLOS ONE*.

Le paludisme chronique, une maladie dormante

Le paludisme est une maladie infectieuse grave liée à une infestation parasitaire par Plasmodium falciparum. Certains patients sont infestés de façon chronique avec une maladie qui peut, sous une forme dormante, persister de nombreuses années après le retour d'un séjour en pays d'endémie. Ils risquent alors, en l’absence de traitement spécifique, de voir se déclencher des complications graves, incluant des crises aiguës notamment lors de grossesses mais aussi de développer des lymphomes de la rate.  

La recherche d’anticorps antinucléaires : un outil pour diagnostiquer le paludisme chronique.

Le diagnostic des maladies auto-immunes systémique est réalisé via un test répandu qui consiste à rechercher des anticorps dirigés contre le noyau de la cellule sur des cellules spécifiques, les HEp-2. La présence d'anticorps reconnaissant les composants des cellules est mesurée par la fluorescence observée au microscope, les anticorps étant révélés par un traceur fluorescent. Le travail collaboratif a été mené par les services de médecine interne (Pr Amoura), de maladies infectieuses (Pr Caumes) et les laboratoires de parasitologie (Pr Mazier) et d’immunologie (Dr Musset et Pr Autran) de la Pitié-Salpêtrière. Il a permis de découvrir une nouvelle façon de diagnostiquer des paludismes chroniques à l'aide de ce test. Les chercheurs ont observé un profil de fluorescence particulier lors de la recherche d'anticorps antinucléaires sur cellules HEp-2 uniquement chez les patients souffrant d’un paludisme chronique qui n’avait jamais été observé dans une autre maladie parasitaire ou immunologique.

Un travail en deux phases

Dans un premier temps, un travail rétroactif a été mené afin de confirmer chez les patients avec un paludisme avéré, la présence de ces anticorps dans leur sérum, Dans un second temps, les chercheurs ont démontré, lors d’une phase prospective d’un an et demi, que les patients qui avaient dans leur sérum ces anticorps avaient, dans près de 80% des cas, un authentique paludisme). « Ces résultats permettent de redresser le diagnostic des patients présentant des symptômes atypiques et pour lesquels le paludisme chronique n'avait pas été envisagé. » explique le Dr Makoto Miyara. « L’amélioration du diagnostic des paludismes chroniques, notamment ceux dont la présentation clinique est inhabituelle, va nous permettre de proposer une meilleure prise en charge thérapeutique ».  

Chronic Malaria Revealed by a New Fluorescence Pattern on the Antinuclear Autoantibodies Test - Benjamin Hommel 1,2, Jean-Luc Charuel 1, Stéphane Jaureguiberry 3,4, Laurent Arnaud 4,5,6 Regis Courtin 2, Petra Kassab 1, Virginie Prendki 7, Luc Paris 2, Pascale Ghillani-Dalbin1, Marc Thellier2,4, Eric Caumes3,4,5, Zahir Amoura4,5,6, Dominique Mazier2,4,5, Lucile Musset1, Pierre Buffet2,4,5 and Makoto Miyara1,4,6* -  Published: February 13, 2014 DOI: 10.1371/journal.pone.0088548 1AP-HP, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Immunology department– immune chemistry and autoimmunity laboratory, F-75013, Paris, France. 2AP-HP, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Parasitology-mycology laboratory, French National Reference Center for Malaria, F-75013, Paris, France. 3AP-HP, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Tropical Infectious Diseases departement, F-75013, Paris, France. 4INSERM, U1135, CIMI, F-75013, Paris, France, Paris, France. 5Sorbonne Universités, UPMC Univ Paris 06, CR7, Centre d’Immunologie et des Maladies Infectieuses (CIMI), F-75013, Paris, France 6 AP-HP, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Internal Medicine Department, French national Reference center for SLE and antiphospholipid syndrome, F-75013, Paris, France . 7Departement of Internal Medicine, Hôpitaux universitaires de Genève, Suisse. Published: February 13, 2014 DOI: 10.1371/journal.pone.0088548 - Dr Makoto MIYARA Pitié-Salpêtrière - Département d'Immunologie: Immunochimie et Autoimmunité / Service de Médecine Interne 2 (Centre de Référence  Maladies Auto-Immunes et Systémiques Rares   Lupus et Syndrome des Anticorps Antiphospholipides) / Institut E3M (Endocrinologie, maladies métaboliques et médecine interne), Unité Inserm 1135, CIMI (Centre d'immunologie et des maladies infectieuses) Tél : 01 42 17 84 91 - mail : makoto.miyara@psl.aphp.fr

   

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Guy-Arnaud Behiri
Mathilde Capy


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris