French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

L’essai BEZURSO montre pour la première fois au monde l’efficacité d’un médicament contre le cholestérol dans le traitement d’une maladie orpheline du foie, la cholangite biliaire primitive

Publié le Communiqués de presse

Promue par l’AP-HP, financée par le Programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) et soutenue par Arrow Génériques, l’étude BEZURSO montre pour la première fois au monde l’efficacité de deux ans d’administration de bézafibrate, médicament initialement prescrit contre le cholestérol, dans le traitement de la cholangite biliaire primitive, une maladie rare du foie évoluant vers la cirrhose et l’insuffisance hépatique.

Cet essai clinique randomisé*, piloté par le Dr Christophe Corpechot, du centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires et hépatites auto-immunes (MIVB-H) de l’hôpital Saint-Antoine AP-HP et de la faculté de médecine de Sorbonne Université, avec l’aide de la plateforme de recherche clinique des Hôpitaux Universitaires de l’Est parisien AP-HP du Pr Tabassome Simon, a été mené dans 21 centres hospitalo-universitaires français. 

Les résultats ont été publiés dans la revue New England Journal of Medicine le 07 juin 2018.

La cholangite biliaire primitive (CBP) touche les petits canaux biliaires et se manifeste par une cholestase (diminution de la sécrétion biliaire) chronique et un prurit (démangeaisons). Cette maladie rare du foie, dont la prévalence est estimée à 24 pour 105 habitants, atteint préférentiellement les femmes entre 40 et 60 ans.

En l’absence de traitement, la cholangite biliaire primitive évolue vers une cirrhose et une insuffisance hépatique, dont l’issue est généralement fatale sans greffe du foie.

Le traitement de référence est l’acide ursodésoxycholique (AUDC) qui, administré au long cours par voie orale, diminue la cholestase et le risque de décès ou de transplantation. Cependant, certains patients continuent de développer des complications, en particulier ceux qui présentent une réponse biologique insuffisante à l’AUDC (ils représentent environ un  tiers de tous les patients). Les traitements alternatifs sont très coûteux et potentiellement responsables d’effets secondaires.

L’essai BEZURSO, coordonné par le Dr Christophe Corpechot du service d’hépatologie de l’hôpital Saint-Antoine AP-HP, avec l’aide de la Plateforme de Recherche Clinique de l’Est Parisien coordonnée par le Pr Tabassome Simon, avait pour objectif d’évaluer l’effet de deux ans de traitement par bézafibrate et AUDC chez 100 patients ayant une réponse incomplète à l’AUDC au sein de 21 centre hospitalo-universitaires français. 

Le bézafibrate est un médicament, peu coûteux, prescrit depuis plus de 30 ans dans les hypercholestérolémies. Des études préliminaires avaient suggéré qu’il pouvait améliorer les marqueurs de la cholestase par des effets directs (inhibition de la synthèse et de la captation des acides biliaires par le foie) et indirects (effet anti-inflammatoire).

Les patients inclus dans cet essai recevaient, en plus de l’AUDC, soit le traitement par bézafibrate, soit le placebo. Une normalisation des paramètres biologiques pronostiques de la maladie a été observée chez 30% des patients traités par bézafibrate contre aucun patient traité par placebo. Les symptômes de la maladie (prurit, fatigue) ont significativement diminué dans le groupe bézafibrate, ainsi que les marqueurs de fibrose du foie (Fibroscan, score ELF).

Aucune différence sur les effets indésirables n’a été mise en évidence entre le bézafibrate et le placebo. Toutefois, une augmentation minime (5%) du taux de créatinine était observée dans le groupe bézafibrate en accord avec le profil de tolérance bien connu de la molécule.

Selon les modèles pronostiques, les résultats de cette étude laissent prédire une diminution de 40% de l’incidence des décès et des transplantations hépatiques à long terme dans le groupe bézafibrate

L’essai BEZURSO est ainsi la première étude au monde randomisée, contrôlée versus placebo, à montrer qu’un médicament de la classe des fibrates, peu coûteux avec un profil de tolérance bien connu, pourrait être une alternative thérapeutique pertinente chez les patients ayant une réponse insuffisante à l’AUDC.

*Dans un essai clinique randomisé, les sujets recevant le traitement ou un placebo sont choisis au hasard

Source:

A placebo-controlled trial of bezafibrate in primary biliary cholangitis

DOI: 10.1056/NEJMoa1714519

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 10 millions de personnes  malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 100 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Anne-Cécile Bard
Barnabé Chalmin
Jessica Djaba
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris