Menu
French English

L’AP-HP engage un plan d’action pour l’amélioration de la prise en charge médicamenteuse dans l’ensemble de ses hôpitaux gériatriques après avoir constaté de mauvaises pratiques dans un de ses hôpitaux gériatriques

Publié le Communiqués de presse

Le directeur général de l’AP-HP engage un plan d’action pour l’amélioration de la prise en charge médicamenteuse dans l’ensemble des hôpitaux gériatriques de l’AP - HP. Cette démarche fait suite au constat de pratiques d’administration de médicaments sans prescription médicale au sein de l’hôpital Sainte-Périne. Les actions de prévention des risques et de formation seront généralisées à toutes les structures gériatriques de l’AP-HP (services de soins de suite et de réadaptation et unités de soins de longue durée notamment).

Ce plan d’action prévoit, d’ici la fin du mois d’octobre, la conduite d’une « visite de risque » dans chaque hôpital afin d’apprécier le niveau de sécurisation du circuit du médicament. Cet outil permet d’obtenir rapidement une vision des risques cliniques et de proposer des recommandations afin de renforcer les dispositifs de sécurité en place à différents niveaux.

La méthode comprend trois grandes étapes :

  • une phase de préparation documentaire par les « visiteurs »;
  • une visite dans les hôpitaux de un à trois jours par deux professionnels de l’AP-HP n’appartenant pas à la structure visitée;
  • un rapport de visite dans les deux mois appréciant, sur la base d’un référentiel le niveau de sécurisation du service, les risques prioritaires, les points forts et axes de progression possible.

Avant la fin de l’année, des actions de formation et de sensibilisation sur la «prévention des effets indésirables provoqués par les médicaments chez la personne âgée » seront menées auprès des équipes médicales et soignantes. D’un format court et très pédagogique, ces modules seront dispensés par deux médecins gériatres.

Ce plan d’action a été décidé par l’AP-HP à l’issue de faits ayant donné lieu à signalements. En effet, à l’été 2017, la vigilance des équipes soignantes de l’hôpital Sainte-Périne - AP-HP a permis de constater des écarts de stock pour des médicaments de la famille des psychotropes, plus communément appelés somnifères, anxiolytiques ou calmants. Une surveillance rapprochée de ces médicaments, en instaurant un contrôle renforcé de leurs conditions de stockage et de dispensation, et une surveillance clinique accrue des patients ont été organisées par les équipes médicales et soignantes. Dans ce contexte de vigilance accrue, plusieurs séries d’examens toxicologiques ont été réalisées : ces examens se sont révélés positifs pour six patients pour lesquels aucune prescription n’avait été établie*.

Ces faits ont donné lieu à un signalement auprès des autorités sanitaires. L’administration de médicaments sans prescription médicale pouvant recevoir une qualification pénale, l’AP-HP a également saisi le procureur de la République de Paris, au titre de l’article 40 du code de procédure pénale le 23 février 2018. Enfin, une enquête administrative confiée à la direction de l’inspection et de l’audit a été déclenchée.

La poursuite de cette surveillance toxicologique a mis en évidence de nouveaux cas marquant un écart avec les bonnes pratiques de soins. De nouveaux résultats toxicologiques se sont en effet révélés positifs pour sept patients supplémentaires portant le nombre des cas identifiés à un total de 13. La surveillance clinique rapprochée de ces patients n’a pas permis d’établir de relation de cause à effet entre l’administration de ces psychotropes non prescrits et l’évolution à distance de leur état de santé.

La reproduction de ces défaillances dans le respect des règles de prescription dans les services de gériatrie a conduit le directeur général à lancer un plan d’action à destination de l’ensemble des professionnels exerçant au sein des unités de soins de longue durée et de soins de suite et de réadaptation gériatrique de l’AP–HP.

*L’administration de certains médicaments par les personnels soignants sans prescription médicale est par exception possible à l’hôpital mais doit s’inscrire dans des protocoles stricts et doit être tracée dans  le dossier du patient.

L’AP-HP gère 3 000 lits de soins de longue durée et EHPAD répartis sur 18 sites ainsi que 2 500 lits et 137 places d’hôpital de jour de soins de suite et de réadaptation gériatrique répartis sur 18 sites. 900 lits sont également proposés en unité gériatrique aigue, ainsi que 100 lits en soins palliatifs. L’AP-HP comprend également 5 unités péri-opératoires gériatriques, pour faciliter la prise en charge chirurgicale des personnes âgées. Les patients âgés (+ 75 ans) représentent 20% des séjours en MCO à l’APHP et 12% des passages aux urgences (chiffres 2016). 430 médecins gériatres travaillent à l’AP-HP.

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachées de presse :

Juliette Hardy
Marine Leroy

Assistant :

Théodore Lopresti

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson