French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Covid-19 : prédire la nécessité d’un recours à l’intubation dans les formes les plus graves

Publié le Communiqués de presse

L’équipe du Pr Jean-Damien Ricard de l’hôpital Louis-Mourier, AP-HP, Université de Paris, Inserm s’est intéressée à la possibilité de prédire la nécessité d’un recours à l’intubation dans les formes les plus graves de pneumonie à Covid-19. Dans une étude clinique publiée le 15 juillet 2020 dans la revue Intensive Care Medicine, l’équipe montre que l’oxygénothérapie à haut-débit, appliquée dès l’admission des patients Covid-19 avec une insuffisance respiratoire, peut éviter le recours à l’intubation dans un certain nombre de cas. Elle montre également qu’il est possible d’utiliser un indice appelé ROX (indice qui combine les paramètres respiratoires d’un patient et la quantité d’oxygène qu’il reçoit) pour prédire le recours à l’intubation, permettant ainsi d’identifier précocement les patients pour qui elle sera nécessaire.

Le recours à la ventilation mécanique invasive a été la règle pour la très grande majorité des patients présentant les formes les plus graves de pneumonie à Covid-19, dépassant 90% dans certaines séries. L'oxygénothérapie à haut débit a été de fait utilisée dans quelques services de réanimation qui en avaient l’expérience, bien qu’elle ne figurait pas initialement parmi les recommandations de prise en charge du Covid-19 de certaines sociétés savantes. Elle est en effet maintenant très largement utilisée en première intention chez les patients présentant une insuffisance respiratoire aiguë hypoxémique..

Ce travail, mené par le Dr Noémie Zucman, chef de clinique dans le service de médecine intensive réanimation de l’hôpital Louis-Mourier, AP-HP en collaboration avec le Dr Jeremie Mullaert du service épidémiologie, biostatistique et recherche clinique de l’hôpital Bichat, AP-HP (Pr France Mentré), montre que l’oxygénothérapie à haut-débit appliquée dès l’admission des patients Covid-19 avec une insuffisance respiratoire peut éviter le recours à l’intubation dans un certain nombre de cas. Ces travaux montrent également qu’un indice ROX (indice qui combine les paramètres respiratoires d’un patient et la quantité d’oxygène qu’il reçoit) < 5.37 dans les 4 premières heures de mise en route de l’oxygénothérapie était prédictif du besoin ultérieur d’une intubation.

« Ce travail est important d’une part parce qu’il montre qu’on peut utiliser l’oxygénothérapie à haut débit chez les patients les plus graves présentant une pneumonie à Covid-19 sans avoir à recourir systématiquement à l’intubation » explique le Pr Jean-Damien Ricard, « et d’autre part parce qu’il confirme l’intérêt de l’indice ROX (publié l’an passé avec un collègue espagnol, le Dr Oriol Roca*) dans une population de patients très différente de celle qui a permis initialement de le décrire, ce qui renforce la validité externe de cet outil d’aide à la décision ».

*An Index Combining Respiratory Rate and Oxygenation to Predict Outcome of Nasal High-Flow Therapy. Roca O, Caralt B, Messika J, Samper M, Sztrymf B, Hernández G, García-de-Acilu M, Frat JP, Masclans JR, Ricard JD. Am J Respir Crit Care Med. 2019 Jun 1;199(11):1368-1376. doi: 10.1164/rccm.201803-0589OC. PMID: 30576221

Source :

Prediction of outcome of nasal high flow use during COVID-19-related acute hypoxemic respiratory failure

Noémie Zucman, Jimmy Mullaert, Damien Roux, Oriol Roca, Jean-Damien Ricard Intensive Care Med, 2020 Jul 15;1-3. doi: 10.1007/s00134-020-06177-1. Online ahead of print.

A propos d’Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, Université de Paris se hisse au niveau des établissements français et internationaux les plus prestigieux grâce à sa recherche de très haut niveau, ses formations supérieures d’excellence, son soutien à l’innovation et sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris compte 64 000 étudiants, 7 250 enseignants-chercheurs, 21 écoles doctorales et 138 laboratoires de recherche. Visiter u-paris.fr.

A propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte trois instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année près de 9000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

Contacts presse : Service de presse de l’AP-HP : Eléonore Duveau & Anne-Cécile Bard - 01 40 27 30 00 - service.presse@aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Anne-Cécile Bard
Barnabé Chalmin
Jessica Djaba
Éléonore Duveau


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris