French English
Menu
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Etude sur l’efficacité et la sécurité du système de boucle fermée hybride Diabeloop chez les enfants en pré-puberté souffrant de diabète de type 1

Publié le Communiqués de presse

L’équipe du service d’endocrinologie, gynécologie et diabétologie pédiatrique de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP et d’Université de Paris, coordonnée par le Pr Jacques Beltrand, a évalué l’efficacité et la sécurité du système de boucle fermée hybride Diabeloop chez les enfants en pré-puberté souffrant de diabète de type 1.

Les conclusions de ces travaux ont fait l’objet d’une publication le 23 février 2022 dans le Lancet Digital Health.

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, fréquente chez l’enfant, qui entraîne une augmentation prolongée de la concentration de sucre dans le sang (hyperglycémie). Les enfants qui en sont atteints ont besoin d’un apport exogène d’insuline mais ce traitement peut entraîner des baisses trop importantes de la concentration de sucre (hypoglycémies).

La boucle fermée est une thérapie innovante dans le traitement du diabète de type 1 consistant en un système automatisé de délivrance d'insuline, qui réunit trois dispositifs : un terminal hébergeant l’algorithme (smartphone), une pompe à insuline et un système de capteur de glucose continu (CGMS) pour adapter le débit basal de la pompe à insuline.

Cinq systèmes de boucles fermées sont actuellement sur le marché, dont le système français Diabeloop DBL4K1.  L’équipe de recherche a cherché à évaluer l'efficacité et la sécurité de ce système de boucle fermée hybride chez les enfants âgés de 6 à 12 ans et souffrant de diabète de type 1.

Les chercheurs ont mené une étude multicentrique, ouverte, randomisée, contrôlée, de non-infériorité dans les services d’endocrinologie pédiatrique de trois hôpitaux universitaires en France et en Belgique. Ils ont analysé le pourcentage moyen du temps passé en hypoglycémie (<3.9 mmol/L ou 70 mg/dL) selon que les patients étaient traités par pompe à insuline associée à une mesure de la glycémie en continu sans délivrance automatisée de l’insuline (boucle ouverte) ou par boucle fermée. Le temps passé dans la cible glycémique optimale 70-180 mg/dl a aussi été analysée.

21 patients âgés de 6 à 12 ans ont été inclus entre le 6 mai et le 23 décembre 2019. Ils devaient avoir un diabète de type 1 depuis au moins 1 an, une hémoglobine glyquée de moins de 9% (75 mmol/mol) et recevoir un traitement par pompe à insuline depuis au moins trois mois.

Ces patients ont été assignés aléatoirement (ratio 1 :1) au système de boucle fermée hybride ou au système de boucle ouverte, sans accessoire de commande avec algorithme. Une phase de 72h à l’hôpital a été suivie par une phase à domicile de six semaines. Après une phase de retour au traitement antérieur habituel d’une semaine, les sujets étaient assignés à l’autre traitement (étude en Cross-Over).

Le pourcentage de temps passé en hypoglycémie était significativement abaissé avec le système de boucle fermée (2.04%) en comparaison avec le système de boucle ouverte (7.06%).

Cette amélioration du temps passé en hypoglycémie s’accompagnait d’une amélioration du temps passé dans la cible glycémique optimale (70 -180 mg/dl) puisqu’à l’issue des six semaines de port en vie réelle le temps dans la cible 70-180 mg/dl était significativement plus élevé grâce au système en boucle fermée (66,2%) en comparaison avec le système en boucle ouverte (58,7%).

Aucun épisode d’acidocétose, d’hypoglycémie sévère n’est survenu. Les évènements indésirables étaient essentiellement des problèmes techniques liés au traitement. 

En conclusion, le système de boucle fermée hybride Diabeloop permet de réduire les épisodes d’hypoglycémie et permet un bon équilibre glycémique chez les enfants prépubères avec un diabète de type 1, dans des conditions de vie réelle. Ces résultats montrent que l'équilibre du diabète pourrait être amélioré avec cette boucle fermée, en toute sécurité. 

[1] Ce système de gestion automatisée du diabète de type 1 a obtenu une autorisation de commercialisation européenne en novembre 2018. Le dispositif a été conçu par le Centre d’Etudes et de Recherche pour l’Intensification du Traitement du Diabète (CERITD), dirigé par le Dr Guillaume Charpentier, auteur de l’étude, et le Dr Sylvia Franc, en partenariat avec le CEA.

Référence : Dulanjalee Kariyawasam, Carole Morin, Kristina Casteels, Claire Le Tallec, Annie Sfez, Cécile Godot, Erik Huneker, Nathalie Garrec, Pierre-Yves Benhamou, Michel Polak, Guillaume Charpentier, Sylvia Franc, Jacques Beltrand, Lancet Digital Health.

Doi : https://doi.org/10.1016/S2589-7500(21)00271-5

À propos d’Université de Paris : Université de recherche intensive pluridisciplinaire, labellisée « Initiative d’Excellence », Université de Paris se hisse au meilleur niveau international grâce à sa recherche, à la diversité de ses parcours de formation, à son soutien à l’innovation, et à sa participation active à la construction de l’espace européen de la recherche et de la formation. Université de Paris est composée de trois Facultés (Santé, Sciences et Sociétés et Humanités), d’un établissement-composante, l’Institut de physique du globe de Paris et un organisme de recherche partenaire, l’Institut Pasteur. Université de Paris compte 63 000 étudiants, 7 500 enseignants-chercheurs et chercheurs, 21 écoles doctorales et 119 unités de recherche. www.u-paris.fr

À propos de l’AP-HP : Premier centre hospitalier et universitaire (CHU) d’Europe, l’AP-HP et ses 39 hôpitaux sont organisés en six groupements hospitalo-universitaires (AP-HP. Centre - Université de Paris ; AP-HP. Sorbonne Université ; AP-HP. Nord - Université de Paris ; AP-HP. Université Paris Saclay ; AP-HP. Hôpitaux Universitaires Henri Mondor et AP-HP. Hôpitaux Universitaires Paris Seine-Saint-Denis) et s’articulent autour de cinq universités franciliennes. Etroitement liée aux grands organismes de recherche, l’AP-HP compte quatre instituts hospitalo-universitaires d’envergure mondiale (ICM, ICAN, IMAGINE, FOReSIGHT) et le plus grand entrepôt de données de santé (EDS) français. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, l’AP-HP détient un portefeuille de 650 brevets actifs, ses cliniciens chercheurs signent chaque année plus de10000 publications scientifiques et plus de 4000 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, tous promoteurs confondus. L’AP-HP a obtenu en 2020 le label Institut Carnot, qui récompense la qualité de la recherche partenariale : le Carnot@AP-HP propose aux acteurs industriels des solutions en recherche appliquée et clinique dans le domaine de la santé. L’AP-HP a également créé en 2015 la Fondation de l’AP-HP pour la Recherche afin de soutenir la recherche biomédicale et en santé menée dans l’ensemble de ses hôpitaux. http://www.aphp.fr

Contacts presse :

Service de presse de l’AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@aphp.fr

 

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

En semaine, merci d’adresser vos demandes par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques, nous vous rappellerons dès que possible. Le WE vous pouvez joindre l’astreinte presse au 01 40 27 30 00. Compte-tenu de la situation sanitaire et en cohérence avec les consignes relatives aux visites des patients hospitalisés, nous privilégions les entretiens/interviews dans les bureaux et salles de réunion, en dehors des services de soins

Attachés de presse :

Mathilde Capy
Laure Delignières
Guy-Arnaud Behiri


Directeur de la communication et du mécénat de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris