Menu
French English
  • Rechercher un nom de médecin, un service
  • Rechercher un contenu
Select the desired hospital

Hôpital Cochin AP-HP : Inauguration de l’unité de préparations stériles ophtalmologiques et oncologiques (UPSO2)

Publié le Communiqués de presse

L’unité de préparations stériles ophtalmologiques et oncologiques (UPSO2), véritable pôle d’excellence du service de pharmacie clinique de l’hôpital Cochin, a été inaugurée le mercredi 4 décembre2019. L’UPSO2 est une unité de production pharmaceutique hospitalière inédite en France dont l’objectif est d’associer l’optimisation de la qualité et la minimisation des coûts. Cette unité, ouverte depuis juin 2019, est tournée vers l’innovation par ses solutions automatisées, qui permettent l’optimisation des ressources et d’accroître la sécurité du personnel, et par sa vocation à développer des nouvelles formulations pour répondre aux besoins cliniques.

Depuis juin 2019, cette nouvelle unité de préparations de près de 600 m2 bénéficie de locaux neufs et réunit plusieurs expertises dans les domaines des chimiothérapies, des collyres, des préparations stériles et non stériles et de la transplantation de microbiote fécal. Associée au laboratoire d’assurance qualité, l’unité dispose d’équipements neufs et modernes (dont un robot de préparation pour les chimiothérapies).

Elle produit notamment les chimiothérapies pour les hôpitaux du groupe hospitalo-universitaire AP-HP. Centre - Université de Paris mais aussi pour l’hospitalisation à domicile de l’AP-HP. Ainsi, sur les 10 premiers mois de l’année 2019, près de 35 000 préparations de chimiothérapie ont été réalisées (40 000 en 2018)

L’activité de préparations ophtalmiques est, elle, en croissance constante depuis 2000. Avec un peu plus de 100 000 collyres produits en 2018 (102 724), l’unité se place au premier rang en France, dans ce domaine, ainsi qu’en Europe (depuis la fermeture du laboratoire de pharmacotechnie du Moorfields Eye Hospital, Londres). Cette activité a pu se développer grâce à une coopération étroite entre pharmaciens et ophtalmologistes.

L’unité produit également des préparations stériles qui comprennent des seringues pour injections ophtalmiques ou des poches de solution de glycérine-fructose utilisées en endoscopie. L’objectif est de développer cette activité dans les années à venir pour proposer davantage de médicaments injectables prêts à l’emploi aux services de soins.

Les préparations non stériles concernent principalement des préparations destinées aux patients de néonatalogie pour lesquels les formes « adultes » sont souvent inadaptées.

Si elle réalise également des préparations en vue de transplantations de microbiote fécal, l’unité constate une baisse du nombre de ces préparations depuis 2017 en raison des difficultés de recrutement des donneurs.

Cette nouvelle unité de préparations stériles ophtalmologiques et oncologiques (UPSO2) offre de nombreuses perspectives.

> La traçabilité des transports de chimiothérapies dont la maîtrise de la température lors des transferts est un élément essentiel notamment dans l’optique de fabrication pour d’autres établissements. L’utilisation de la technologie RFID, que nous souhaitons déployer dans un 1er temps pour l’activité de préparation des chimiothérapies puis dans un second temps pour les autres types de préparations stériles, serait un des moyens d’obtenir ces données.   

> Bien qu’une forte attention ait été portée ces dernières années aux médicaments cytotoxiques (anticancéreux notamment) et à la protection des personnels manipulateurs, il est indéniable que l’utilisation d’autres médicaments injectables à haut risque pour le patient reste trop souvent sans réponse pharmaceutique. L’UPSO2 peut préparer certaines formes injectables prêtes à l’emploi pour minimiser les erreurs de préparations de médicaments injectables, liés à la difficulté des calculs de dilutions, à l’absence de standardisation des protocoles thérapeutiques ou de préparation effectuées par des personnels non spécialisés, parfois intérimaires. Ainsi, certains services sont candidats à ces préparations :

- les services de rhumatologie et de gastro-entérologie pour la centralisation de la reconstitution des « biothérapies ». L’intérêt serait d’une part de garantir une meilleure qualité de préparation notamment en termes de stérilité, mais cela présente également un intérêt économique en permettant le réemploi des reliquats de flacons ;

- le service de néonatalogie pour la préparation de certains antibiotiques comme la vancomycine à des doses adaptées aux grands prématurés.

>> Visionner le film de présentation de l’unité de préparations stériles ophtalmologiques et oncologiques (UPSO2) de l’hôpital Cochin AP-HP

À propos de l’AP-HP : L’AP-HP est un centre hospitalier universitaire à dimension européenne mondialement reconnu. Ses 39 hôpitaux accueillent chaque année 8,3 millions de personnes  malades : en consultation, en urgence, lors d’hospitalisations programmées ou en hospitalisation à domicile. Elle assure un service public de santé pour tous, 24h/24, et c’est pour elle à la fois un devoir et une fierté. L’AP-HP est le premier employeur d’Ile de-France : 100 000 personnes – médecins, chercheurs, paramédicaux, personnels administratifs et ouvriers – y travaillent. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

COVID-19 : liens audio vers les conférences de presse skype organisées par l'AP-HP

Depuis le début de l'épidémie, l'AP-HP organise des conférences de presse skype régulièrement. Voici les liens audio des dernières conférences de presse skype. Attention ces liens ont une durée de vie limitée
Conférence de presse du mardi 31 mars 2020 (disponible jusqu'au 7 avril 2020)
 

CONTACTER LE SERVICE DE PRESSE DE L'AP-HP

Compte-tenu des consignes nationales de limitation des contacts et des déplacements, le service de presse de l’AP-HP est en télétravail à partir de mardi 17/3/2020. Merci d’adresser vos demandes presse exclusivement par mail à l’adresse service.presse@aphp.fr avec vos coordonnées téléphoniques,  nous vous rappellerons dès que possible. Par ailleurs, toujours pour être en cohérence avec ces consignes, nous suspendons jusqu’à nouvel ordre la venue de journalistes dans l’enceinte de nos hôpitaux et privilégions le téléphone et ou Skype pour les interviews.

Attachés de presse :

Éléonore Duveau
Anne-Cécile Bard
Barnabé Chalmin


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson

Assistance publique Hôpitaux de Paris