Menu
French English

Effets bénéfiques de la musique dans la réduction du stress péri-traumatique de patients en insuffisance respiratoire aiguë sous ventilation non-invasive

Publié le Communiqués de presse

Une étude menée dans les services de médecine intensive-réanimation de l’hôpital Louis-Mourier AP-HP, de Gustave Roussy et du Centre Hospitalier Départemental Vendée, en collaboration avec l’Unité de Recherche Clinique Paris-Nord, AP-HP, et coordonnée par le Dr Jonathan Messika et le Pr Jean-Damien Ricard, du service de réanimation de l’hôpital Louis-Mourier AP-HP et de l’université Paris Diderot, a mis en évidence les bienfaits de la musique dans la diminution du stress péri-traumatique chez les patients en insuffisance respiratoire aiguë, nécessitant une ventilation non-invasive.  

Initiés par des équipes paramédicales, ces travaux ont impliqué 10 à 15 soignants de chacun de ces services et sont financés dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale (PHRIP). Ils ont fait l’objet d’une publication dans la revue European respiratory journal.

La ventilation non-invasive (VNI ou ventilation mécanique) permet de traiter les patients en insuffisance respiratoire aiguë en réanimation sans recourir à l’intubation ou à la trachéotomie. Si ses bénéfices ne sont plus à démontrer (amélioration de la survie des patients, diminutions des infections nosocomiales…) dans les catégories de patients pour qui elle est recommandée, la VNI n’en est pas moins une technique contraignante et inconfortable pour le patient. L’application d’un masque, relié à un respirateur et l’administration d’un mélange d’air et d’oxygène sous pression peuvent être difficilement supportable.

Les services de médecine intensive - réanimation de l’hôpital Louis-Mourier AP-HP, de Gustave Roussy et du Centre Hospitalier Départemental Vendée, en collaboration avec l’unité de recherche Paris Nord, AP-HP, ont cherché à déterminer si la musique pouvait contribuer à diminuer cet inconfort respiratoire.
Entre mai 2015 et juin 2016, les investigateurs de cette étude, qui bénéficiaient d’un financement dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche infirmière et paramédicale, ont inclus 113 patients en insuffisance respiratoire aiguë nécessitant une VNI.

Ils étaient randomisés dans trois groupes :

> le premier recevait de la VNI de façon conventionnelle,

> le second de la VNI accompagnée d’une séance de musique de 30 minutes à l’aide d’une tablette et d’un casque isolant. Ils étaient dotés d’un masque occultant les yeux.

> le troisième était également doté d’un masque occultant les yeux ainsi que d’un casque sur les oreilles, mais celui-ci ne diffusait pas de musique.

Tous les patients étaient interrogés régulièrement, à l’aide d’une échelle visuelle, sur leur sensation de gêne respiratoire. C’est cette dernière qui était analysée aux différents temps de la séance de VNI qui était analysée afin évaluer l’efficacité de l’intervention musicale. Les données étaient recueillies par les infirmières et les aides-soignantes des services participants à l’étude.

Les séances d'intervention musicale étaient organisées avec la collaboration des équipes paramédicales des services qui ont été initiés à la musicothérapie et formés à l’administration des séances d’interventions musicales à l’aide de l’application MUSIC-CARE.

Les résultats ont montré que même si le confort respiratoire des patients qui avaient bénéficié de séances de musique n'était pas significativement amélioré par l'intervention musicale, une diminution de leur stress péri-traumatique était observée à leur sortie de réanimation. Ce dernier correspond à un ensemble de symptômes reflétant la détresse émotionnelle après un évènement traumatique (ici, l’insuffisance respiratoire aigüe nécessitant la ventilation non-invasive).

Des études complémentaires devront être menées afin de définir les meilleures modalités d’écoute possible, ainsi que le profil des patients à qui ce type d’intervention pourrait le plus bénéficier.

Source :

A musical intervention for respiratory comfort during noninvasive ventilation in the ICU

Jonathan Messika, Yolaine Martin, Natacha Maquigneau, Christelle Puechberty, Matthieu Henry-Lagarrigue, Annabelle Stoclin, Nataly Panneckouke, Serge Villard, Aline Dechanet, Alexandre Lafourcade, Didier Dreyfuss, David Hajage, Jean-Damien Ricard

European Respiratory Journal 2019 53: 1801873; DOI: 10.1183/13993003.01873-2018

A propos de l’AP-HP:  L’AP-HP est le premier centre hospitalier universitaire d’Europe, organisé autour des 7 Universités de Paris et de la région Ile-de-France. Elle est étroitement liée à tous les grands organismes de recherche (CNRS, INSERM, CEA, INRA, Institut Pasteur, etc.) dans le cadre d’unités mixtes de recherche de ses 10 groupes hospitaliers. Elle compte trois Instituts Hospitalo-Universitaires d’envergure mondiale. Acteur majeur de la recherche appliquée et de l’innovation en santé, le CHU de Paris a créé un maillage de structures d’appui à l’organisation de la recherche et à l’investigation : 14 unités de recherche clinique, 17 centres d’investigation clinique, 4 centres de recherche clinique et 2 centres pour les essais précoces, 12 plateformes de collections biologiques, 2 sites intégrés de recherche sur le cancer, un entrepôt de données de santé recueillant les données de soins des 8 millions de patients vus chaque année. Les chercheurs de l’AP-HP signent annuellement près de 10 000 publications scientifiques et plus de 4 450 projets de recherche sont aujourd’hui en cours de développement, à promotion académique ou industrielle, nationaux, européens et internationaux. Détentrice d’un portefeuille de plus de 500 brevets, de bases de données et de matériels biologiques uniques, l’AP-HP valorise les travaux de recherche remarquables des biologistes et cliniciens chercheurs de ses hôpitaux. Près de la moitié des innovations brevetées sont licenciées à des entreprises du monde entier et sont à l’origine de la création de près de 60 jeunes entreprises. http://www.aphp.fr

Les coordonnées du service presse

CONTACTER LE SERVICE
DE PRESSE DE L'AP-HP

01 40 27 37 22 en semaine
01 40 27 30 00 le week-end

service.presse@aphp.fr

Attachée de presse :

Marine Leroy
Éléonore Duveau

Assistant :

Théodore Lopresti

Nous suivre :


Directeur de la communication de l'AP-HP :

Patrick Chanson